Vers une correction sérieuse des marchés ?

dividendes.ch 1
Vers une correction sérieuse des marchés ?

La baisse des marchés de la semaine passée n'est-elle qu'une prise de bénéfices ou est-ce que cette correction peut devenir plus sérieuse tout prochainement, voire carrément ce lundi ? Le dicton "Sell in May and go away" semblait avoir été oublié jusqu'à la clôture de New York de vendredi passé. Les indices américains, tout particulièrement en fin de séance nous ont rappelé que ce fameux mois de mai se terminait. Il n'est jamais de bon présage lorsqu'un indice chute en fin de séance, et encore plus particulièrement en fin de semaine, sans parler d'une fin de mois... de mai ! Sans vouloir jouer les oiseaux de mauvaise augure, voyons ce que disent les chiffres.

Les dividendes

Le rendement courant du S&P 500 n'est plus que de 1.97%. Même les bons du Trésor à 10 ans rémunèrent mieux, avec 2.13%, alors que pourtant ces derniers sont déjà considérés comme étant en situation de bulle (moyenne historique de 4.65%). Les dividendes sont eux aussi à un niveau historiquement très faible, la moyenne étant de 4.44%. Les rendements n'ont été qu'une seule fois plus faibles, lors de la bulle Internet, avec un minimum de 1.11%.

Les bénéfices

Le Schiller PE Ratio nous donne une idée de la valorisation d'un titre par rapport aux bénéfices, comme le fait un PE Ratio traditionnel, mais en se basant sur l'historique des bénéfices des dix dernières années, corrigés de l'inflation. Ceci permet de corriger le PE Ratio des effets des cycles économiques qui polluent cet indicateur en le rendant artificiellement haut ou bas en fonction de fortes variations des bénéfices. Aujourd'hui le Schiller PE Ratio se situe à 23.89 (moyenne 15.88), à des niveaux pas trés éloignés d'avant la crise des subprimes.

Le Produit National Brut

Le ratio de la capitalisation totale du marché américain par le Produit National Brut (PNB) US est l’indicateur préféré de l’évaluation du marché de Warren Buffett. Il est obtenu en divisant la capitalisation boursière totale (soit tous les titres cotés) au PNB. Aujourd'hui ce ratio s'élève à 109.1%, soit au même niveau qu'avant la crise des subprimes. Il est considéré comme modérément surévalué, et à partir ce niveau les actions sont susceptibles de rapporter une rentabilité annuelle de seulement 2.5%, soit guère plus que les obligations, également surévaluées.

En bref

Que l'on regarde du côté des bénéfices ou des dividendes, la situation n'est guère réjouissante. Les niveaux de prix sont historiquement élevés, comme avant la crise financière. Les rentabilités que l'on est susceptible d'obtenir sont insignifiantes, guère plus généreuses qu'avec des titres à revenus fixes, mais avec plus de risques. On est en face d'un volcan en ébullition, attendant l'explosion... reste à savoir quand elle viendra et quel sera le détonateur.

 

Commentaires

Avantages d'être membre

Postez vos commentaires. Vous pouvez aussi y ajouter des graphiques et des images afin d’illustrer vos propos.

dividendes.ch 20/06/2013

Tiens je n'aurais pas pensé que le détonateur vienne de la Fed ;-)