Une majorité traitée comme une minorité !

Marc GILSON 3
Une majorité traitée comme une minorité !

La célébration du jour consacré aux droits de la Femme est là pour nous rappeler que, si elles représentent plus de 50% de l’humanité, les femmes sont encore loin d’en représenter au moins la moitié de la valeur économique.

Après leur premier combat pour conquérir une identité politique (droit de vote), après leur second combat pour obtenir la maîtrise de leur propre corps (contraception et avortement), elles ont entamé un dernier combat : celui de leur rôle économique (notamment l’égalité de salaire et l’accès aux leviers du pouvoir dans les entreprises).

En 2010, il y a trois ans déjà, bien avant le débat sur le mariage pour tous, j’avais écrit :

Qu’il ait été nécessaire de créer une journée de la femme, soit ! Qu’elle soit toujours d’actualité de nos jours, dans nos civilisations ‘avancées’, voilà qui pose question.

Le principe de l’égalité homme-femme est plus philosophique ou idéologique que physiologique, on le devine aisément. Le couple demeure certes le moyen le plus efficace pour assurer la reproduction de notre espèce mais l’observation de la nature ne donne pas vraiment la clé pour déterminer le rôle de chacun dans la ‘vie de tous les jours’ : la seule chose qui semble compter est la perpétuation de l’espèce, les moyens ne sont qu’adaptation et organisation.

Ce qui explique qu’au fil des siècles les rôles de l’homme et de la femme aient évolué ; qu’au gré des croyances et des traditions, ils ont même été jusqu’à s’échanger ou au contraire se figer.

La science –activité plutôt masculine- montrerait que la femme serait bien supérieure à l’homme dans des tas de domaines et même capable de vivre sans lui si nécessaire. Et que pour sa reproduction, elle s’inscrirait toujours –inconsciemment- dans les principes dérivés du darwinisme. Pas besoin de faire un dessin, vous voyez bien de quoi il s’agit…

En réalité, le rapport entre les deux sexes est façonné par une multitude de données extérieures. Et en plus, nous savons qu’il existe en chaque homme une part de féminité plus ou moins grande, et de même pour la part de masculinité en toute femme.

Ce qui ramène tous les débats au point de départ : la seule chose qui compte est la survie de l’espèce, le reste c’est affaire de circonstances !

Cela n’empêche pas de se poser quelques questions : est-ce que le monde serait meilleur s’il était dirigé par des femmes ? Est-ce que les Hommes seraient plus en sûreté et plus heureux si leur organisation était confiée aux femmes ? Gandhi et Aragon ont, pour leur part, tranché : la femme est l’avenir de l’Homme….

Nous ne pouvons pas nous empêcher de ressortir aussi la célèbre phrase de Françoise Giroud : « La femme serait vraiment l'égale de l'homme le jour où, à un poste important, on désignerait une femme incompétente » Et toc !

Des lignes qui pourraient être reprises telles quelles aujourd’hui. Personnellement, depuis les révolutions arabes et les affaires de viol en Inde, devant les faits de violences conjugales de plus en plus fréquents, je pense que le machisme gagne sa guerre contre le féminisme. C’est comme dire que la guerre gagne contre la paix.

Et cela ne me réjouis pas du tout.

Femmes, redevenez l’avenir de l’homme 

@MarcGilson

Commentaires

Avantages d'être membre

Postez vos commentaires. Vous pouvez aussi y ajouter des graphiques et des images afin d’illustrer vos propos.

Philippe CHARLES 08/03/2013

Je partage votre votre analyse, mais je suggère de ne pas évoquer des sujets sociétaux sur ce site qui n'est pas approprié aux débats de société. Cordialement. Philippe

Jean COLAS 08/03/2013

bien d'accord avec l'intervenant précédent, surtout dans ce monde où les femmes disposent des choix qu'elles n'avaient pas auparavant. Le choix de ne pas être dans l'aliénation économique, de préférer les joies ancillaires aux illusions du pouvoir etc.

 

RAPHAEL 09/03/2013

LE SEUL COMMENTAIRE EST PUBLIE PAR CES DEUX INTERVENANTS PRECEDENTS