RENAULT : le titre est loin d’avoir épuisé son potentiel de baisse

Jérôme Boumengel 5
RENAULT : le titre est loin d’avoir épuisé son potentiel de baisse

Soupçonné d’avoir dépassé des normes antipollution, le constructeur automobile Renault a vu son cours de bourse décrocher violemment lors de la séance de jeudi dernier, avant de se reprendre en fin de journée.

Alors, pas de fumée sans feu, ou simple réaction d’un marché boursier déjà échaudé par l’affaire Wolskwagen ?

Faut-il, comme le recommande le bureau d’analyse Oddo, profiter de ce trou d’air pour se positionner à l’achat sur le titre, en visant un objectif à 108€ ?

Ce n’est pas ce que je conseillerais, car si le cours de Renault atteint un jour l’objectif d’Oddo, il est très probable qu’entre-temps, le titre repasse par la case des 57€.

 

La méfiance des investisseurs se renforce 

Tous les indicateurs montrent une progression sensible de l’aversion au risque depuis décembre 2015. C’est notamment le cas de la prime de risque qui a fortement rebondi depuis le début de l’année, pour atteindre 16,5%. Ce n’est pas un niveau excessif si l’on se souvient que la prime avait culminé à 30% en août 2011.

 

  

Un potentiel de baisse qui n’est pas épuisé

Selon le consensus Facset, le Price Earning Ratio de Renault ressort à 6,2x les bénéfices prévisionnels à 12 mois, contre une moyenne historique de 6,8x. Le titre Renault n’est donc pas surévalué, mais il n’est pas non plus sous-évalué.

En effet, son PER prévisionnel a déjà atteint dans le passé, des niveaux beaucoup plus bas (3,9x en octobre 2012 et 3,1x en août 2011).

Dans la mesure où Renault est récemment repassé au-dessous de sa P/E Value (83€), et compte tenu de la dynamique haussière présente sur l’aversion au risque, le scénario d’un prochain retour de Renault à 57€ est très probable.

 

 

© Copyright Jérôme Boumengel  -  Pour toute reproduction ou toute citation, le nom de l’auteur et la source devront être mentionnés.

Commentaires

Avantages d'être membre

Postez vos commentaires. Vous pouvez aussi y ajouter des graphiques et des images afin d’illustrer vos propos.

Tustex 20/01/2016

Bonjour Monsieur Boumengel

Tout comme Oddo que vous citez, le bureau d'analyse Kepler Chevreux recommande également à l'achat le titre Renault avec un objectif à 120€.

"L'approche de valorisation préférée de Kepler Chevreux pour Renault, basée sur le modèle d'actualisation des dividendes pour valoriser la participation de Nissan, suggère une juste valeur de 122-152 euros pour 2016."

Comment se fait-il que l'ensemble des analystes soit à l'achat sur le titre, alors que de votre côté, vous le recommandez à la vente, également sur des critères fondamentaux ?


Jérôme Boumengel 21/01/2016

Bonjour,

La variable financière que j'utilise, n'est pas le dividende, mais le bénéfice net par action prévisionnel qui est fourni par le consensus des analystes financiers.

Or la corrélation entre les dividendes et les cours boursiers est beaucoup moins évidende que celle entre les BNA et les cours boursiers, du moins sur un horizon moyen terme. Je trouve donc qu'il est plus judicieux de valoriser les actions par leurs BNA plutôt que par leurs dividendes. De plus, les dividendes sont imprégnés d'un biais haussier, dans la mesure où les sociétés ont tendance à distribuer de manière régulière des dividendes, même si leurs bénéfices sont en baisse, ceci afin de satisfaire leurs actionnaires.

Le critère de valorisation que j'utilise et que j'ai mis au point, est la PE Value. Il est simple et évite de devoir faire des hypothèse à long terme sur le taux de croissance des dividendes, qui sont souvent irréalistes.

Mes observations empriques montrent que les cours tournent autour de cette PE Value, que je considère comme étant la valeur d'équilibre la plus pertinente. tantôt les cours de Bourse sont au-dessus et s'en éloignent pour former une bulle et atteindre une zone excessive que je détermine de manière objective en utilisant des écarts types, tantôt ils sont au-dessous pour atteindre une zone de sous-valorisation excessive.

De plus, contrairement aux bureaux d'études classiques, j'utilise la prime de risque comme un indicateur du sentiment de marché et comme un outil complémentaire de la PE Value.

Bien à vous

 


Lexigent 24/07/2016

Bonjour Monsieur Boumengel,

Depuis le 17/01/16 jusqu'à ce jour (24/07/16) ce titre a eu des variations amples (+h:90,5 ; plus bas:63,5). Il est en effet probable qu'un moment il baisse à votre niveau de prévision 57 ou qu'il monte à 120 celui de Kepler. Dans ces conditions tout le monde peut avoir raison puisque la limite du temps n'est pas précisée. 

Pourriez vous donner un horizon temporel ? Votre droit à l"erreur est, bien sûr parfaitement reconnu.

Cordialemnt

Jérôme Boumengel 25/07/2016

Bonjour,

Avec des données fondamentales calculées une fois par semaine, l'horizon des prévisions est de l'ordre de six mois.

Dans le cas de Renault, il s'agit effectivement d'un échec puisque le titre n'a pas atteint l'objectif des 57€ dans ce laps de temps.

Bien à vous.


Lexigent 31/07/2016

Merci.

Bonne fin de seamine