Pétrole ! Pétrole !

Jérôme Boumengel 1
Pétrole ! Pétrole !

La surproduction de pétrole, le ralentissement de la production industrielle mondiale ou encore la douceur de l’hiver, tous ces éléments n’en finissent plus de peser sur le prix du brut.

Certaines sources envisagent un baril de brut à 20$, mais je m’en méfie. Je me souviens qu’en 2008, la banque Goldman Sachs misait sur un prix de l’or noir à 250$ le baril ! A l’époque, les besoins grandissants des pays émergents, ajoutée au fait que l’or noir n’était pas une ressource éternelle, devait garantir une hausse continue des prix pour des siècles et des siècles…

Tout ce que je sais, c’est comme le dit le dicton boursier, « on ne tente pas de rattraper un couteau qui tombe ». Or pour l’instant, les prix du WTI sont tendanciellement orientés à la baisse, et les indicateurs techniques ne donnent aucuns signaux de reprise.

D’un point de vue macro, les prix du pétrole étant fortement corrélés avec le momentum de la production industrielle des Etats-Unis, l’entrée de celui en zone négative ne devrait pas améliorer la situation (Cf. chart ci-après).

 

 

La chute peut encore se poursuivre à court terme, en raison notamment de la puissance de la spéculation. Car si le solde des positions spéculatives sur le Nymex s’est réduit depuis 2014, il est encore positif et très au-dessus de sa moyenne historique (Cf. chart ci-après).

Fin 2015, les positions ouvertes sur ce marché à terme se montaient à 1,6 millions de contrats, et les positions spéculatives à l’achat représentaient encore 1,7 fois les positions à la vente. Cela laisse une certaine marge aux spéculateurs pour enfoncer encore davantage les prix du brut.

 


Mais à 20$, seuls les puits saoudiens, irakiens, koweitiens et ceux des Emirats Arabes Unis seront rentables. Cette situation ne sera pas tenable pour les autres pays producteurs, mais également pour les entreprises américaines qui exploitent le pétrole de schiste.

Des forces contraires surviendront qui feront remonter les cours du brut à un niveau plus « normal »...

 

Ne connaissant pas son nom

Je le dénomme “Tao”.

Je m’efforce de l’appeler “Grandeur”.

La grandeur implique l’extension.

L’extension implique l’éloignement.

L’éloignement implique le retour.

 

(Lao Tseu. Tao Te King, XXV)

 

 

© Copyright Jérôme Boumengel  -  Toute reproduction ou rediffusion interdite sans l'autorisation de l'auteur.

Commentaires

Avantages d'être membre

Postez vos commentaires. Vous pouvez aussi y ajouter des graphiques et des images afin d’illustrer vos propos.

fabulous 07/01/2016

dans les faits le baril est deja à 20$ :

 

A deepening oil market slump is adding fresh pain for producers of the world’s cheapest crude, raising the prospect that more production will be curtailed.

Spot prices for the Western Canadian Select grade fell to $19.81 a barrel on Wednesday, the lowest since tracking began in 2008, according to data compiled by Bloomberg. The benchmark, made up of heavy conventional production and bitumen blended with synthetic crude and condensate, fell with global grades after U.S. gasoline inventories surged the most in 22 years and crude supplies at the American storage hub in Oklahoma climbed to a record.