Non, le CAC 40 n’a pas envie de baisser !

Jérôme Boumengel 12
Non, le CAC 40 n’a pas envie de baisser !

Dans ma dernière Lettre confidentielle du CAC40 (mois de janvier), j’expliquais pourquoi l’indice parisien avait toutes les chances d’atteindre le seuil psychologique des 5000 points au cours de l’année 2014.

La consolidation actuelle ne remet nullement en cause ce scénario, bien au contraire. Je passerai sur les raisons fondamentales (prévisions de bénéfices, valorisation et prime de risque) pour m’attarder sur un élément d’analyse technique que très peu d’analystes ont repéré. 

Cet élément concernent les volumes de transactions, plus précisément l’équilibre entre les volumes haussiers et les volumes baissiers.

C’est un élément clef de l’analyse technique sur lequel je m’étais longuement attardé dans mon livre « Psychologie boursière et Prévision chartiste ». Or il se trouve qu’actuellement, cet équilibre que l’on peut appréhender simplement par l’indicateur OBV (On Balance Volume), apporte une information particulièrement intéressante qui s’apparente à un cas d’école.

Quel est l'état des lieux ?

Depuis à peu près deux mois, l’indice CAC40 est bloqué par une résistance située à 4350 points, tout en se maintenant au-dessus d’un solide support à 4050 points (Cf. graphique ci-après). Or pendant ce temps, le On balance Volume a nettement progressé, traduisant un rapport de force favorable aux volumes haussiers.

Autrement dit, les acheteurs profitent des mouvements de repli de l’indice pour se positionner à l’achat, tandis que les vendeurs ne se bousculent pas pour sortir leurs positions. Le marché se trouve donc dans une phase d’accumulation et non de distribution. 

Cette configuration graphique, qui semble vouloir prendre la forme d’un triangle ascendant (en fréquence hebdomadaire), devrait se solder par une nouvelle vague de hausse et mon objectif des 5000 points pourrait bien être atteint plus tôt que prévu.


Commentaires

Avantages d'être membre

Postez vos commentaires. Vous pouvez aussi y ajouter des graphiques et des images afin d’illustrer vos propos.

Jérôme Boumengel 13/02/2014

Salut Parthenon !

Voyons un peu tes arguments, en commençant par le MACD...

Sur le SP500 (basse fréquence), le MACD est effectivement à son plus haut historique (+77). Néanmoins, il continue de progresser... et surtout, il n'a pas encore atteint (en valeur absolue) le niveau extrême de mars 2009 et qui était de -95.

Or selon le principe du Tao, à tout mouvement extrême réalisé dans un sens, se produit un mouvement extrême dans l'autre sens... afin de retrouver l'équilibre à long terme... C'est le principe de l'oscillateur... 

Par ailleurs, je constate d'un point de vue strictement graphique, que le SP500 est sorti par le haut d'une figure en rectangle qui a débuté avec le sommet de 2000 (soit une durée de 14 ans).

Je pense que l'on est dans la même situation qu'en 1982, quand le marché a mis fin à une longue période de gestation, en sortant par le haut d'une figure en triangle ouvert (Broadening)... une durée également de l'ordre de 15 ans.

La Bourse américaine n'est-elle pas entrée dans un nouveau super cycle haussier !

 

Jérôme Boumengel 13/02/2014

Bonjour les deux pascal (s) ;-)

Je reviens sur le second argument de Parthenon, à savoir les volumes records sur le SP500...

Alors là attention, les volumes sur le SP500 correspondent aux chiffres d'affaires échangés, comme pour le CAC40, mais pas sur le DOW JONES...

Or il ne faut jamais analyser les volumes en valeur ! En voici la raison tirée d'un extrait de mon livre "Psychologie boursière et Prévision chartiste"...

 

 

Jean COLAS 13/02/2014

Tony Caldaro ( http://caldaro.wordpress.com/2014/02/12/wednesday-update-427/ ) a exactement la même vision depuis un certain temps déjà. Tout repli est mis à profit pour achat long terme.

Parthénon 13/02/2014

Je reviens sur l'OBV Jérôme. J'avoue que j'ai du mal à être convaincu par une analyse avec un seul indicateur.

Voici un graphe sur le LT du CAC avec l'OBV. On se rend compte que les tops majeurs sont toujours accompagnés d'une "divergence haussière sur l'OBV". En clair, c'est le piège, la phase de distribution. Nous pourrions être dans cette configuration, tu ne trouves pas ?

 

surfeuse 14/02/2014

bonsoir,

 

5000 , ...pourquoi pas!

 

mais il faudra que les divergences baissieres qui s'accumulent sur mes indicateurs soient annulees

et pour se faire :necessite d'une hausse fulgurante

 

à titre personnel,

j'ai comme un doute à TCT/MT , soit sur un horizon de qq  jours à qq semaines

 

quant à l'obv , utilise seul , on peut lui faire dire tout et son contraire

 

bonne chance pour les 5000

surfeuse 13/03/2014

bonsoir,

 

les divergences finissent tjrs par produire ce qu'elles ont annonce

 

:-)


Jérôme Boumengel 14/02/2014

l'OBV ne s'utilise pas seul mais en comparaison avec les prix... et c'est justement l'un des rares indicateurs à qui on ne peut pas faire dire tout et son contraire... pourquoi ? parce que ce n'est pas un indicateur paramétrique !

Par ailleurs, ce sont les volumes qu'ils convient de retraiter correctement... c'est ici que se trouve la valeur ajoutée de l'analyste technique...

Jérôme Boumengel 14/02/2014

Parthénon, concernant l'OBV, j'ai juste mis en évidence cet élément parmi d'autres...

Par ailleurs, l'OBV que j'utilise n'est pas le même que celui qu'on trouve sur les logiciels... je l'ai modifié pour tenir compte des problèmes liés aux volumes...

Enfin, pour répondre à ta question précise, l'OBV n'a pas atteint un niveau de surachat, comme cela a pu être le cas en 2000 et 2007, donc la pression acheteuse peut encore progresser...

Bon, on fera le bilan à la fin de l'année ;-)

 

 

Parthénon 14/02/2014

Ok merci de ta réponse Jérôme. Je suis ok avec ton argument d'hier sur les volumes, c'est du bon sens. Moins avec l'OBV ;).

Ta prévision me surprend aussi par rapport au flot des liquidités qui devrait se tarir cette année.

Bon week-end.