Les dessous financiers de la Caisse des Dépôts

Sovanna SEK 2
Les dessous financiers de la Caisse des Dépôts

La Caisse des Dépôts est une entreprise publique créée en 1816 opérant dans des activités d'intérêt général et d'utilité publique pour le compte de l'Etat. En ce qui nous concerne, elle gère notre épargne venant en grande partie de vos Livrets A et également du Livret Développement Durable (LDD) en respectant un taux de centralisation défini par le décret n° 2013-688 du 30 juillet 2013 pour faire en sorte que les dépôts centralisés par la Caisse des Dépôts et les capitaux propres couvrent à hauteur de 135 % l'encours des prêts sur fonds d'épargne.

Concrètement, la Caisse des Dépôts convertit les dépôts des épargnants moutonniers en prêts de long terme pour financer des projets de logements sociaux et des investissements de la part des collectivités locales. Mais aussi des investissements dans des actifs financiers (Actions cotées ou non cotées, OPCVM, Obligations d'Etat, pour avoir de la trésorerie et assurer le versement des intérêts de vos livrets réglementés (Livret A, LDD, Livret Epargne Populaire) qu'il faudra considérer à effet immédiat comme des placements à risque.

Chiffres clés en 2013

Selon le rapport annuel du fonds d'épargne 2013 de la Caisse des Dépôts, 20,7 Md€ ont été finalisés dont 16,4 Md€ pour le logement social et 4,3 Md€ pour les investissements aidant les collectivités locales. Sur le graphique ci-dessous, l'encours des prêts sur fonds d'épargne ne cesse de progresser durant la période de crise en cours qui a commencé en 2007.

Au niveau des encours centralisés de la Caisse des Dépôts, ils s'élèvent à 243,3 Md€ en 2013 contre 255,5 Md€ en 2012. Cette baisse de 4,8 % est due à la dernière réforme de l'épargne réglementée du 30 juillet 2013.

Les chiffres clés les plus importants à mes yeux sont la part de certains actifs financiers dans son bilan financier du fonds d'épargne centralisé. 56 % de ses actifs sont des obligations d'Etat tandis que les autres obligations telles que les Bons du Trésor, les TCN, les OATi, et les obligations à court terme à taux fixe ou variable représentent 33 %. Quant aux actions cotées ou non cotées, elle s'élève à 11 % en 2013 contre 8,5 % en 2012.

Le constat principal est que le quasi-majorité des actifs financiers détenus par la Caisse des Dépôts sont très sensibles à l'évolution des taux d'intérêt. Si ces derniers montent sensiblement, les obligations qui sont en majorité à des taux variables perdront de la valeur. Dans les coulisse de l'Etat, ça risque de jaser. Pour les épargnants moutonniers qui se sont dits que le Livret A est sans risque du fait de la garantie des dépôts apportée par la PAROLE de l'Etat, ils comprendront tardivement que l'un de leurs placements préférés servent à financer progressivement la dette publique d'un Etat déjà en faillite et les conséquences seront désastreuses pour votre patrimoine. Pour éviter un bank run général devant les distributeurs des agences bancaires, l'Etat n'hésitera pas à plafonner les retraits comme à Chypre. 

Par ailleurs, il existe un autre scénario que les Français moutonniers ne sont pas prêts à faire face car l'Etat les ont formaté par des idéologies financières qui sont bien ancrées dans leur esprit.

Ce scénario est la baisse des prix de l'immobilier via un dégonflement ou un l'éclatement de sa bulle. L'effondrement des taux d'intérêts a en partie contribué à son gonflement. L'opinion publique oublie souvent que le taux d'intérêt est déterminé par le rapport prêteurs/emprunteurs. A ce jour, les taux d'intérêts sont à des plus bas historiques du fait que la demande de crédit s'affaisse de plus en plus. Si vous suivez régulièrement les articles d'Immobilier Danger, vous constaterez que le marché immobilier donne des signes de faiblesse. Enfin, la hausse des taux d'intérêts via la dépréciation des obligations entraîne mécaniquement une baisse des prix de l'immobilier mais il existe d'autre facteurs pouvant aggraver cette tendance. Dernier conseil, régardez l'évolution des prix de l'immobilier en valeur réelle car l'opinion publique occulte l'inflation.

Commentaires

Avantages d'être membre

Postez vos commentaires. Vous pouvez aussi y ajouter des graphiques et des images afin d’illustrer vos propos.

Pascal TRICHET 12/09/2014

Vous avez encore des livrets A  ?

 

Apprenez à trouver 3 ou 4 fois la rentabilité du livret A par VENTE sécurisée  de PUT SPREAD OPTIONS CAC.

 

Découvrez le marché des options, contactez moi si vous voulez en savoir plus.

 

www.pascaltrichettrading.com/contact/

Sovanna SEK 16/09/2014

Bonjour Pascal,

Tout d'abord, désolé de ne pas vous avoir répondu dans les plus brefs délais.

Sans concession, il faut jeter le Livret A aux orties de même pour le LDD et le LEP. Malheureusement, les Français moutonniers ne prennent pas conscience du risque souverain (défaut de l'Etat sur sa dette).

Quant votre proposition de conseil sur le marché des options, je la décline car le marché actions est honnêtement mon dada. En effet, j'aime la combinaison entre l'analyse fondamentale et l'analyse technique.

Cordialement.