Le Bull Market américain gagne l'Europe

Parthénon 9
Le Bull Market américain gagne l'Europe

Bonjour, les signaux bullish se multiplient sur les graphiques, en lien avec un sentiment de méfiance toujours prédominant. Car c'est bien l'analyse contrarienne qui explique en partie ce rallye d'été.

Aux Etats-Unis, les Put/Call ratios et le AAII ne sont toujours pas en phase avec le positionnement des prix. Le AAII bull se traîne toujours en zone basse : il devrait être situé vers 40-50%.

En Europe, la culture des indicateurs de sentiment n'existe pas vraiment. On peut tout de même constater quelques évidences : les sites spécialisés (Boursorama, BFM) sont désertés par les gérants haussiers et les forums de particuliers sont dominés par les "bears".

Je rappelle que la constitution des cours de bourse n'est pas seulement le reflet des fondamentaux mais la conséquence d'autres paramètres : 

- la liquidité (surabondante).

- les alternatives (qui n'existent pas à cause de la privatisation du secteur obligataire par les banques centrales).

- et donc le sentiment de marché. Lorsqu'il est négatif, les gérants sont sous-investis et ne peuvent mécaniquement agir qu'à la hausse sur les prix.

Les US sont au plus haut historique depuis quelques semaines, qu'en est-il de l'Europe ?

La zone géographique est sous-performante face à Wall Street mais on observe que les derniers évènements stressants ont été parfaitement digérés : Brexit, attentats, résultats d'entreprise, Stress Test des banques. Tous les replis générés par ces évènements ont été effacés graphiquement. Cela démontre une forte résilience face à l'adversité, souvent prémisse d'une hausse à venir.

Et les premiers signaux graphiques d'importance (de moyen terme) apparaissent en effet en Europe. C'est le DAX qui se manifeste en premier le plus clairement en débordant impulsivement ses plus annuels, renforcés par le gap chinois de début d'année. On remarquera les volumes, élevés en cette période de trêve estivale.

Le CAC est un peu en retard (il faudra passer 4500 sur le Future) mais la cassure sur la volatilité implicite d'un gros support devrait l'y aider.

Mais pour qu'un bull market se mette en place, il faut que tous les indices et secteurs y participent, y compris les plus faibles. Les indices de l'Europe du Sud et les banques sont donc à scruter avec attention.

Or, l'IBEX est le premier à franchir son oblique baissière. Le MIB et le PSI se présentent quant à eux devant l'obstacle. Un dénouement identique est probable.

Quid des banques, tellement au cœur de l'actualité ces dernières semaines ? On observe que, graphiquement, le secteur a effacé les conséquences baissières des Stress Tests. La dynamique de fond reste descendante mais à CT, le secteur a retrouvé un peu de force intrinsèque.

 

CONCLUSION :

La dynamique haussière ne se dément pas sur les indices mondiaux, poussés par des politiques monétaires toujours ultra-accommodantes, des alternatives inexistantes, et un sentiment baissier toujours prégnant.

Graphiquement, Wall Street devrait continuer de bien se comporter, eu égard à des indicateurs de sentiment toujours trop neutres.

L'Europe commence à rattraper son retard et pour peu que quelques initiatives se manifestent sur le secteur bancaire, une phase de sur-performance du vieux continent pourrait voir le jour.

J'évalue le potentiel de hausse européen à +5 à 7% d'ici fin septembre.

Commentaires

Avantages d'être membre

Postez vos commentaires. Vous pouvez aussi y ajouter des graphiques et des images afin d’illustrer vos propos.

Pat84 09/08/2016

Bonsoir Parthénon,

C'est toujours avec intérêt que je prends connaissance de vos articles.

Je reconnais que dans le domaine qu'est la bourse, j'ai beaucoup à apprendre. Cependant, je lis souvent que lorsque la bourse se porte bien, le cours de l'or diminue et vice-versa. Or, il semblerait que le cours de l'or part à la hausse au même moment que les cours boursiers.

Serait-ce une exception qui se profile ?

Jean COLAS 09/08/2016

Bonjour Parthenon et merci pour cette analyse de vacances.
Comme souvent dans les marchés, on a droit à deux points de vue diamétralement opposés.

D'un côté votre analyse, qui rejoint celle d'autres comme Tony Caldaro;

de l'autre celle des thuriféraires de l'or (parmi lesquels je range ici Jerome Boumengel, vu son dernier article sur tendance.com) et des catastrophistes comme  http://surviveshemitah.com/ , ce dernier annonçant même la date précise de la catastrophe: les 1 et 3 octobre 2016.

Je suis pour ma part bien chargé en actions de mines d'or junior et seniors.

Votre analyse veut-elle dire qu'en parallèle à la montée des indices les cours de l'or et des mines vont chuter?

Merci à vous !

et bonnes vacances . . .

Jean COLAS 09/08/2016

sans avoir lu au préalable le commentaire de Pat84, j'ai eu le même ressenti...
Comique :-)

MAKFRA 10/08/2016

Bonjour Parthénon, simplement pour vous dire que je suis gérant et que l'ensemble de mes confrères sont bien investis. Donc, le raisonnement consistant à dire que la communauté financière est représentée par des "bears" sur les ondes n'est pas juste du tout. Tout le monde siat que les volumes se font sur les ETF, donc ce n'est pas des achats directs sur le marché et que ce sont des intervenants qui produisent cette liquidité surabondante qui achètent les ETF.

Mais lorsque vous convaincrez quelqu'un qu'un marché continue de monter et touche des plus hauts historiques avec 5 trimestres consécutifs de baisse des bénéfices je pourrais vous dire que vous êtes vraiment fort. Une valeur comme APPLE qui voit ses résultats trimestriels du T2 2016 baisser de 27% par rapport au T2 2015 et qui prend 7% dans la journée, cela mérite une autre explication que d'être considéré comme "bear" ou autre classification à la française entre positif et négatif. la réalité: le pragmatisme! Mais les français ne le sont pas, les anglo-saxons oui!

Bonne journée

Kriss 10/08/2016

Oui et les intervenants financiers investissent massivement depuis un bon bout de temps sur les indices US. Un record. Il y a donc des contradictions entre ce que nous lisons sur les forums (bear) et ce qui se passe réellement sur les marchés (bull)

Une prise de bénéfice à CT ne serait pas étonnant.

http://www.zerohedge.com/news/2016-08-08/most-hated-rally-now-fully-embraced-amid-record-speculative-equity-longs-vix-shorts


eptrad41 10/08/2016

Bjr parthénon

note la courbe des profits sur le cac ( couloir en noir)

envisager 7 % de hausse dans ces conditions me paraît osé  mais on verra -

bonne journée

eptrad41 10/08/2016

consensus je n'ai pas précisé !!!


Parthénon 10/08/2016

Bonjour à tous et merci de vos réactions.

@ Pat & Jean. En 2009, 2010, 2011 et 2012, le GOLD a monté de concert avec les indices. Opposer OR et INDICES n'est donc pas toujours judicieux. L'OR est certes une valeur refuge mais aussi une matière première physique avec de l'offre et de la demande. 

Parthénon 10/08/2016

@ Makfra et Eric.

Bonjour Makfra : vous semblez peu accorder de lien entre les indicateurs de sentiment et le comportement des cours. Pourtant, vous en avez la parfaite démonstration depuis des semaines sur le S&P500. Le faible optimiste dévoilé par le AAII ou les ratios Put/Call depuis de nombreuses semaines est un des éléments explicatifs des records du S&P50.

Je vous cite : "Mais lorsque vous convaincrez quelqu'un qu'un marché continue de monter et touche des plus hauts historiques avec 5 trimestres consécutifs de baisse des bénéfices je pourrais vous dire..."

Or, mi-février, le S&P touche un creux à 1812 points. Nous sommes alors à 3 trimestres consécutifs de baisse des bénéfices. Si je vous suis bien, fondamentalement, il ne me semble pas justifiable d'acheter et pourtant, le S&P500 a gagné 20%. Idem fin juin, le S&P500 touche 1991. Nous sommes à 4 trimestres consécutifs de baisse des bénéfices sur les entreprises US. Impossible à acheter ?! Et pourtant, depuis, le S&P500 a gagné encore 10%.

Bref, le marché peut rester irrationnel longtemps et répondre à d'autres stimuli que les fondamentaux.L'histoire montre que les cours s'écartent parfois à l'extrême des réalités. Les bulles sont là pour le rappeler.

@ Eric : Weinstein le disait dans son livre. N'analysez jamais les cours selon la méhode des PER. Je ne serais pas aussi catégorique que lui (il y a plein de méthodes qui donnent de bons résultats sur les marchés) mais actuellement, en période où toutes les banques centrales sont à la manoeuvre, je pense que cette technique est inopérante.

Bonne journée.