L'or : Un investissement de conviction (2ème partie)

Sovanna SEK 7
L'or : Un investissement de conviction (2ème partie)

Plutôt d'écouter naïvement le consensus sur l'or dont Warren Buffett en fait partie, il est préférable que vous fassiez votre opinion. Deux types d'investissements existent : le physique via les pièces et les lingots et le papier via les minières aurifères. Par ailleurs, je m'abstiendrai de mettre un kopek sur les produits dérivés tels que les ETF ou les contrats à terme car le risque de contrepartie est élevé. Pour vous convaincre d'en avoir dans l'objectif de diversifier votre patrimoine, voici six bonnes raisons qui pourraient faire pencher la balance dans le sens positif :

1. La monnaie-papier ou fiduciaire dont la valeur se repose sur la parole de l'Etat ou d'une Banque Centrale qui l'imprime, retombe toujours à sa valeur intrinsèque, c'est-à-dire zéro. L'histoire le prouve avec des exemples : la France deux fois en un siècle avec la bulle du Mississippi (1715-1720) et les Assignats (1789-1796), l'Allemagne avec l'hyperinflation de Weimar. Quant à l'or, il n'a pas contrepartie étatique et on peut considérer que c'est un actif AAA. En plus, il a la particularité d'être thésaurisé, c'est-à-dire que l'épargnant accumule de l'or pour en tirer un profit par défiance du système économique.

2. L'or ne doit pas être comparé par rapport au rendement mais au capital. C'est une erreur que font la majorité des professionnels de la finance pour sauver leur business face à leurs clients. De 2002 (mise en circulation de l'euro) à aujourd'hui, le cours de l'once d'or et le 20 Francs Napoléon cotés en euro ont augmenté respectivement d'environ 210 % et 220 % en capital tandis que le CAC 40 peine à retrouver ses niveaux antérieurs. De plus, ses derniers occultent l'inflation et de fait, il vaut mieux le raisonner en rendement net si nous voulons faire une comparaison pertinente des performances des actifs financiers ou tangibles.

3. La baisse structurelle des prix de l'immobilier en France est acté et ce n'est qu'une question de temps. Le soutien de l'Etat, les taux d'intérêt bas et l'assouplissement des conditions de crédits de la part des banques ont été des arguments favorables à la hausse des prix. Dans les années à venir, je pense qu'ils ne tiendront pas la route. Tout d'abord, l'Etat a d'autres chats à fouetter avec ses finances publiques et il sera contraint de réduire les aides publiques pour le secteur. Ensuite, si les taux d'intérêt sont bas, c'est grâce à la faiblesse de ceux des OAT. Pour l'instant, les investisseurs étrangers sont gentils avec notre gouvernement mais depuis le début de l'année 2014, le risque d'un éclatement politique augmente avec un Président qui cherche une porte de secours et un parti socialiste où des clans se forment. Enfin, les banques ne prêtent plus comme avant parce qu'ils doivent se soumettre aux mesures de Bâle III et regardent à deux fois la solvabilité des emprunteurs. Dernière chose, les médias de masse centralisent l'immobilier uniquement dans les grandes agglomérations et occultent volontairement les zones moyennes et rurales dont le marché déprime.

4. Le krach des indices boursiers américains est probablement imminent à moins que Yellen sort son bazooka. D'une part, le Shiller PER est supérieur à sa moyenne historique et d'autre part, le ratio capitalisation boursière totale USA / PIB USA se situe à 122 % à l'heure où j'écris. Sur des bases d'évaluations historiques, Wall Street est significativement surévalué. Lors de la période faste de la bulle Internet, il était à 148,5%.

5. Les minières aurifères sont pratiquement les seules à être mises à l'écart de la hausse des indices boursiers. Le consensus les boude et de plus elles ont été massacrés à la baisse. C'est généralement le bon moment d'y investir. Personnellement, je pense que le risque est faible car la manipulation du cours de l'once d'or a été intégré dans les cours. Par ailleurs, je recommande de regarder le ratio Gold/XAU permettant d'avoir une idée de la valorisation de ce secteur à la casse.

6. Dans le cas où la déflation s'installe durablement, les épargnants privilégient le cash ou plutôt la monnaie qui prend de la valeur. Par contre, les actifs assujettis à la conjoncture économique, se déprécient. Quant à l'or, il est liquide et sa valeur ne déprécierait pas si les banques centrales continuent leur orgie monétaire pour combattre la déflation.

Commentaires

Avantages d'être membre

Postez vos commentaires. Vous pouvez aussi y ajouter des graphiques et des images afin d’illustrer vos propos.

Maserati FELICE 02/10/2014

Mr Sek, tout est question de timing, le choix du moment determine la réussite de l' investissement. Donc a quel niveau de prix situez vous le plancher de l' or ? Meme question pour l' argent : A propos de ce dernier , comment etablissez vous sa valeur de protection par rapport a l' inflation ? Est elle meilleure que celle de l' Or ? Et pourquoi ?

Que pensez vous de la relation entre les taux d' interet a long terme 10 ans et le prix de l' or ?

 

Merci de vos réflexions

Sovanna SEK 03/10/2014

Bonjour,

1) Il faudra surveiller le support à 1180 $ qui a été testé deux fois. En cas de cassure, on se dirigerait vers 1068-1089 $ correspondant au ratio de Fibonacci à 50 % de la tendance haussière qui a commencé lors de l'éclatement de la bulle internet ou dès l'attentat du 11 septembre 2001 à New York.

2) Pour l'argent, le support à 18,7 $ a été cassé donc le biais reste baissier.

Il est difficile de définir un niveau plancher pour les 2 métaux précieux tant que la manipulation des cours ne cessera pas. Pour l'instant, les banksters essayent de faire capituler les derniers mains faibles afin que les mains fortes reprennent la main. Pour ma part, je fais le dos rond sur mes positions sur les minières aurifères.

Pour faire une réponse convaincante, je suis en train de réflléchir sur un article sur l'analyse technique de l'or et de l'argent durant les années antérieures dès la semaine prochaine ou dans 2 semaines.

3) Personnellement, je ne surveille pas la relation entre l'argent et l'inflation même si l'histoire l'a prouvé. Je regarde surtout le rapport offre/demande donc les nouvelles technologies en ont franchement besoin en plus de la demande d'investissement (pièces et lingots) qui flambe mais l'offre peine à répondre depuis 2010.(argument à creuser)

Quant à la dernière question, j'ai des sources via le livre de Nicolas Perrin "Investir sur le marché de l'or" mais je ne les ai pas analysé pour l'instant.

Cordialement.


Jérôme Boumengel 03/10/2014

L'or est liquide ? Hum... il faut quand même le faire chauffer à 1063° :)

DOM SIMOES 16/10/2014

Bonjour

Nous sommes dans une phase baissiere sur les marches actions, est-il interssant de rentrer sur tracker Or?

Sovanna SEK 16/10/2014

Bonjour DOM SIMOES,

J'ai une préférence pour l'or physique par l'intermédiaire des pièces telles que le 20F Napoléon, le 20F Suisse car il gardera une valeur intrinsèque pouvant monter exponentiellement en cas de résurrection de la crise.

Le tracker or a la contrepartie de l'emetteur si celui-ci fait faillite vous perdez tout. Il fait également partie des produits dérivés ayant participé à la manipulation du cours de l'once d'or. Plutôt réservé à des investisseurs avisés.

Simple raisonnement


phenixalex 20/10/2014

oui je te suis,entierment sur ton raisonement et je vais acheter bientot de l'or physique et de l'argent, mais surtout pas de papier!!!!!

trop de manipulation des cours. (il y a plus d'or papier que d'or physique).

c'est bien pour cela qu'il ya tant d'entreprise qui fleurissent , il y a une forte décorelation entre les deux: papier et physique.

on vend notre or au prix du papier, dommage, que les particuliers soit si naif

cordialement.

Sovanna SEK 20/10/2014

Bonjour,

Pour l'or physique, je te conseille deux solutions :

- La VeraCarte, une carte bancaire adossée à de l'or stocké en Suisse

- La plateforme web AuCoffre.com

Cordialement.