L’or : les perspectives demeurent baissières avec un nouvel objectif à 800$

Jérôme Boumengel 5
L’or : les perspectives demeurent baissières avec un nouvel objectif à 800$

N’en déplaise aux thuriféraires du métal jaune, mais les cours de l’once d’or demeurent solidement ancrés dans une tendance baissière depuis 2013.

La saisonnalité généralement favorable de la demande physique de métal jaune au cours du 4ème trimestre, n’a pas permis au prix de l’or de se redresser.

Au contraire, sous l’effet de la perspective de plus en plus probable d'une hausse des taux de la Fed en décembre, l'once d'or est tombée à son plus bas niveau depuis six ans, à 1055$. Le métal précieux se négocie désormais 45% en dessous de son plus haut atteint en septembre 2011.

L’objectif des 1000 $ l’once est en passe d’être atteint. Doit-on profiter d’un retour sur ce seuil psychologique pour revenir à l’achat sur le métal jaune ?

Notre analyse nous incite toujours à rester à l’écart de la relique barbare. Le seuil psychologique des 1000$ devrait être enfoncé, avec un risque important que les prix de l’once retournent à 800$.

 

Comment analyser les cours de l’or ?

N’offrant ni dividende, ni coupon ou loyer, il n’est pas possible d’évaluer l’or comme les autres actifs à partir d’une somme de flux actualisés, ce qui rend impossible la détermination de sa valeur fondamentale pour déterminer si le métal jaune est cher ou non.

Par contre, comme tous les actifs financiers, l’or possède une valeur psychologique. C’est cette valeur psychologique, qui parce qu’elle peut devenir excessive est à l’origine des bulles spéculatives.

Estimer cette valeur psychologique passe nécessairement par l’analyse d’un certain nombre de facteurs techniques. C’est notamment en procédant de cette manière qu’en 2005, j’ai pu repérer le début du bull market sur l’or ; c’est avec les mêmes outils que j’ai pu constater six ans plus tard, des signes indiquant l’imminence de la fin de ce bull market.

Rappelons que tout comme les autres actifs financiers, le prix de l’or résulte en dernier ressort du rapport de force entre des vendeurs et des acheteurs. Analyser l’évolution de ce rapport de force est une des clés pour anticiper l’évolution des prix.

Rappelons également que les transactions sur l’or se font essentiellement par le biais des marchés à terme. A titre d’exemple, 1100 tonnes d’or ont changé de main sur les marchés au comptant au premier trimestre 2015, tandis qu’il s’est échangé l’équivalent de 35000 tonnes rien que sur le COMEX !

Ces chiffres donnent ainsi une idée de la puissance de frappe présente sur les marchés à terme de l’or, et la nécessité de prendre en compte les informations des marchés de dérivés pour analyser le prix de l’once.

 

Les informations des marchés de dérivés

Les informations obtenues à partir des marchés de dérivés sont au nombre de 4 : les positions ouvertes, les positions spéculatives, les indices de volatilité et les ratios Put/Call.

Dans cet article, nous nous concentrerons sur les positions ouvertes. Rappelons que les positions ouvertes représentent l’ensemble des contrats initiés à l’achat ou à la vente n’ayant pas fait l’objet d’un débouclement de position. Autrement dit, il s’agit du nombre total de contrats en circulation.

Sur le graphique ci-dessous, on peut constater que la baisse des prix de l’or en 2013 s’est accompagnée d’une diminution des positions ouvertes. Cette configuration a donc été le fruit d’opérateurs qui sont sortis du marché : liquidation de positions longues et prises de bénéfices par d’anciens shorts.

A contrario, la reprise de la baisse des prix à partir de septembre 2014, s’accompagne d’une augmentation des positions ouvertes. Cette configuration correspond à l’entrée de nouveaux vendeurs sur le marché, ce qui traduit la présence d’un intérêt vendeur.

 

 

 

L’augmentation de la pression vendeuse nous incite à envisager une nouvelle vague de baisse, d’autant que le marché de l’or n’est pas survendu. La rupture du seuil des 1000$ ouvrirait la voie à un retour sur le niveau des 800$.

 

© Copyright Jérôme Boumengel  -  Toute reproduction ou rediffusion interdite sans l'autorisation de l'auteur.

 

 

Commentaires

Avantages d'être membre

Postez vos commentaires. Vous pouvez aussi y ajouter des graphiques et des images afin d’illustrer vos propos.

eptrad41 30/11/2015

 

Bonjour jérome --

Les projections que je peux faire sur les indices ne me laissent pas entrevoir de poursuite haussière en 2016 ou tout au moins par sur la fin de l'année -- Et du coup je ne suis pas aussi sûr que toi que le GOLD puisse casser 1000 dollars il se peut aussi qu'a la faveur d'une baisse tout indices confondus le gold remonte fort !!
De plus graphiquement on est dans le bas d'un canal avec une belle divergence sur le RSI alors en ce qui me concerne la je suis plutôt acheteur ( mais sans regarder obligatoirement a trés loin pour ca on verra plus tard

Bonne journée

eptrad41 30/11/2015

j'ai oublié de préciser a suivre car tout est possible bien sur je n'affirme rien ---

Bonne journée

Jérôme Boumengel 30/11/2015

Bonjour Eric,

Je suis moins pessimiste que toi sur les marchés actions.

Les marchés américains ont retrouvé leurs plus hauts d'avant la correction de cet été, une configuration que je ne pensais pas voir se réaliser cette année. Ils pourraient continuer sur leur lancée et profiter de la saisonnalité favorable du mois de janvier pour réaliser de nouveaux plus hauts, entrainant dans leur sillage les autres places boursières.

Quand à l'évolution des prix de l'or, la tendance reste baissière et prendre des positions à l'achat sur une simple divergence graphique, me paraît risqué... compte tenu de la pression vendeuse, j'envisagerais davantage une sortie par le bas du canal dont tu parles.

jay BALNAVE 30/11/2015

Bonjour,

Merci pour cette analyse.

L'analyse graphique ci-dessus s'adresse-t-elle également aux investisseurs en € de physique ?

 Car je lis : " l'once d'or est tombée à son plus bas niveau depuis six ans".   Ceci est valable en $

Dans toute les autres monnaies, l’or s'est au pire maintenu.

La relique barbare exprimée en $, fait donc comme les autres matières premières : elles chutent toutes tant dis que les bénéfices des entreprises augmentent (puisque leur valorisation augmentent), sans avoir besoin de matière première (ceci me rend un peu perplexe).

 

 

Jérôme Boumengel 01/12/2015

Bonjour jay BALNAVE,

En effet, l'analyse porte sur l'once d'or en USD et non en Euro.

Comme vous le signalez, l'once exprimée en € s'est redressée par rapport à son plus bas de décembre 2013 (860€).

 

La raison est que l'euro a davantage chuté que le prix de l'once d'or.