L’or : le dégonflement de la bulle spéculative se poursuit

Jérôme Boumengel 14
L’or : le dégonflement de la bulle spéculative se poursuit

Contrairement à ce que je lis souvent depuis le mois d’avril, ce n’est surement pas le moment d’acheter de l’or. Comme le souligne le vieil adage boursier, « on n’attrape pas un couteau qui tombe », ce qui signifie, pour ceux qui l’auraient oublié, que prendre des positions à l’achat dans un marché baissier se révèle très souvent un mauvais calcul.

Certes, on peut toujours se prévaloir d’être contrarien, mais cette attitude ne se fait pas à la légère, et requiert un véritable savoir-faire dans la maitrise du sentiment de marché.

En faisant preuve d’objectivité et en reposant son analyse sur les faits et rien que les faits, on ne peut que constater que la tendance haussière qui prévalait depuis 2009 n’est plus d’actualité. Les anticipations des investisseurs se sont donc modifiées.

Il suffit de visualiser un graphique depuis cette période pour s’apercevoir que les prix de l’once d’or se sont retournés à la baisse. Pour la première fois depuis 2008, les cours de l’or sont retombés au-dessous de leur moyenne mobile à 50 et 100 semaines.

Conjugué avec la sortie par le bas d’un vaste triangle symétrique, l’once d’or a perdu 15%. Par rapport à ses plus hauts de 2012, l’amplitude de la baisse est de l’ordre de 30%. Cette chute peut paraître importante, mais rapportée à la hausse du métal depuis 2001, elle apparaît très relative.

L’objectif de sortie du triangle permet d’envisager un retour des prix de l’or vers 1200$. A titre d’information, un objectif à 1100$ l’once, se traduirait par un retracement de 50% du grand mouvement haussier engagé en 2001 ! 























Sur le marché à terme de New York, le solde des positions spéculatives sur les contrats à terme liés à l’or s’est sensiblement réduit. Il est retombé à 50 000 lots contre un peu plus de 200 000 lots en octobre 2012 (Cf. graphique ci-dessous).

Pour autant, avec un rapport de 1,6 les positions ouvertes à l’achat sont encore supérieures aux positions vendeuses. Et si le consensus haussier n’est plus aussi excessif qu’auparavant, avec 55% de haussiers, le marché est loin d’être survendu, ce qui laisse encore de la marge pour une poursuite de la baisse.

On peut donc profiter de la consolidation actuelle autour des 1400$ pour solder ses positions et rester ainsi à l’écart d’un actif qui vient d’entrer dans un bear market.

Pour les lecteurs qui s’intéressent à l’or, je signalerai le site internet de la société Bullion Vault france qui regorgent d’informations sur ce métal précieux.




















Copyright Jérôme Boumengel - Tous droits réservés.

Commentaires

Avantages d'être membre

Postez vos commentaires. Vous pouvez aussi y ajouter des graphiques et des images afin d’illustrer vos propos.

Marc 17/06/2013
Le marché des futures s'est rétréci mais celui des options est toujours actif et on y compte deux fois plus de contrats call ouverts que de put, avec un prix d'exercice moyen très élevé sur les call (proche de 2000$) par rapports aux put qui se situent pratiquement at-the-money (1380$). On a de très grosses positions en call sur juillet, août et septembre. Certes les options ne sont qu'un pari mais en comparant à l'argent (call-put à 50-50), on a un déséquilibre qui fait se poser des questions. J'analyse le marché des options sur base des chiffres de chaque vendredi sur mon blog, si ça vous tente: http://bit.ly/11K2wZs
eptrad41 20/06/2013

bonsoir jérome

et bien bravo quelle dérouillée il se prend le fameux métal jaune en tout cas ca en calme quelques uns

bonne soirée

Alain 21/06/2013
Beaucoup criaient à la remontée des cours de l'or, il fallait donc être courageux pour écrire un article qui prônait la continuité de la baisse du marché. Bien vu monsieur Boumengel dont je salue au passage la pertinence des articles.
Jérôme Boumengel 30/06/2013

Merci, malheureusement la baisse de l'or ne signifie pas la hausse des actions, ni même celles des obligations...

Nicolas D 21/07/2013
Votre approche est basé sur l'analyse technique et le cours de l'or officiel. Celui-ci est fixé par le LBMA via une procédure de découverte. Le marché OTC est le plus important suivis par le marché à terme du COMEX de par le volume des transactions (85%). Le seul problème est qu'une dichotomie est apparue depuis le raid du 12 avril par rapport à la demande physique qui a explosé. Je vous conseille d'analyser les fondamentaux: - Comparez les livraisons physiques du COMEX et du SGE - Investiguez ce qui se passe au niveau des banques centrales, elles sont redevenues acheteuses nettes d'or et en 2012, l'ampleur de leurs achats était telle qu'il faut remonter en 1965 pour voir un cas équivalent (juste avant la fin des accords de Bretton Woods) - Regardez la détention globale d'or au niveau mondial par rapport aux autres actifs - Prettez attention aux signaux: Basel III qui voulait introduire l'or comme TIER I, Le Venezuela qui a rapatrier son or, L'Allemagne qui en a commencé, les questions Suisse sur le même sujet, ABN Amro qui refuse désormais de livrer ses clients en or physique, les stocks du Comex qui sont en train d'être vider, JP Morgan qui accepte désormais l'or comme collatéral, L'Utah qui reconnait désormais l'or et l'argent comme legal tender. L'explosion de la masse monétaire et l'insolvabilité croissante des pays occidentaux. Nous assistons actuellement à un transfert de richesse de l'ouest vers l'est, l'or en fait partie. Quand à un actif ou une relique barbare, c'est de la propagande pour la masse populaire. Savez-vous que plus de 60% des réserves de change Européenne sont constitués d'or monétaire? A l'allure où les BRICs, l'Asie et le Moyen-Orient s'accapare l'or disponible, soit les prix du cours papier auxquels vous vous référez remonte pour limiter la casse, soit on aura un dès plus gros défaut de l'histoire avec un écroulement du COMEX. Si je devais me référez au dernier marché haussier de l'or, nous sommes en 1976 pas en 1982. Un dernier point, lorsque vous analyser le cours de l'or et sa progression, fait le en dollars constant de 1980 et vous verrez un graphique totalement différent. Bonne journée.
Jérôme Boumengel 27/07/2013

60% des réserves de change européennes sont constituées d'or monétaire ?... c'est énorme !... voilà donc un bon moyen pour les banques centrales de financer le rachat de dettes... plutôt que de détenir un actif qui ne rapporte rien...

Jérôme Boumengel 27/07/2013

Cela constitue une pression vendeuse potentielle importante...

Sovanna Sek 27/07/2013
Bonjour, Certes, si l'or des banques centrales occidentaux est vendu alors les pays émergents achèteront à bon compte. Par ailleurs, la Chine n'est plus preneur de la dette USA et préfère le métal jaune. Son but est de l'adosser au yuan pour des raisons de stabilité monétaire.