L’or convoité par les grosses mains

Sovanna SEK 0
L’or convoité par les grosses mains

L’or coté en dollar a connu pour la deuxième année consécutive, une performance négative. En 2014, elle est de l’ordre de -1,55 % et avait atteint un plus-bas historique depuis mi-2010 au dernier trimestre de la même année. Par contre en euro, c'est tout le contraire. En coulisse, il y a eu des faits marquants à propos de la relique barbare mais qui ont été ignorés par la presse et les médias mainstream.

Explication de la manipulation du cours de l’or

Avant de lister les faits marquants, expliquons comment le cours de l’once d’or est manipulé de toute pièce par ceux qui ne veulent surtout pas son retour dans le système monétaire international. Tout d’abord, les banques centrales louent leurs réserves d’or en percevant des intérêts aux bullions banks (banques de lingots ou d’affaires) qui opèrent pour leur compte. Ensuite, les bullions banks inondent par des positions de ventes à découvert le marché dérivé de l’or papier afin de compenser la demande physique à la hausse.

Cela signifie que les bullions banks essayent de nous donner faire croire que l’offre mondial est excédentaire par rapport à la demande, en faisant baisser le prix de l’once d’or. Pour ceux qui souhaitent avoir le cœur net, regardez concrètement dans le détail les chiffres du World Gold Council dont j’ai remarqué que le recyclage d’or a permis de booster la production. A titre personnel, c’est juste du trucage car le recyclage se contente de refondre l’or racheté même s’il peut répondre à la demande.

Selon le GATA (Gold Anti-Trust Action Committee), le ratio or papier / or physique est estimé à plus de 100. Ainsi, nous avons 100 demandes de papier pour une once d’or physique. Dans le cas où des grosses mains réclament la livraison physique, ça risque d’être très tendu pour les bullions banks et tôt ou tard, les investisseurs n’auront plus confiance sur ses produits dérivés et constateront qu’il y a une pénurie physique qui approche à grands pas.

A force de baisser le cours de l’once d’or vers 1100, 1000 $ ou moins, cela incitera la Chine, la Russie, l’Inde ou encore les pays de l’Union Eurasiatique à en acheter plus jusqu’à ce que la déconnexion totale entre le marché de l’or papier et de l’or physique ne fera plus l’ombre d’un doute.

Les faits marquants en bref

- L’Inde a décidé supprimer la taxe sur les importations d’or dont je rappelle que les Indiens considèrent le métal jaune en bijoux ou en pièces comme une épargne en plus des traditions culturelles fortement ancrées dans leur esprit.

- Selon le World Gold Council, la Russie est le premier acheteur d'or sur les dix premiers mois de l'année 2014 avec 133,5 tonnes. En attendant les chiffres de novembre et décembre. Ses réserves officiels a dépassé celles de la Chine.

- La création d’une plateforme de trading sur l'or en Chine sur le Shanghai Gold Exchange (SGE). (Source GoldBroker)

- Les Pays-Bas ont rapatrié 122,5 tonnes d’or en provenance des Etats-Unis. (Source Bullion Star)

- D’autres pays de la zone euro comme l’Autriche, la Belgique et même la France par une lettre écrite par la présidente du Front National, Marine Le Pen à destination de la Banque de France, se posent la question du rapatriement de leurs réserves d’or stockées à l’étranger. Sans oublier l’Allemagne qui n’a pas abandonné l’idée de les rapatrier contrairement aux informations données par le camp des « mainstream ».

Concernant le rapatriement de l’or de la part des Pays-Bas, nous avons la confirmation que les Etats-Unis ont encore de l’or dans leurs coffres mais en ont-t-ils assez pour les autres pays qui feront la demande. Comme début de réponse, l’Allemagne voulait rapatrier 300 des 674 tonnes d’or d’ici 2020 mais a préféré renoncé officiellement en récupérant seulement 5 tonnes d’or en 2013 contre 84 tonnes prévues. Et pourtant c’était moins que la quantité récupérée par les Bataves.

Du coup, l’hypothèse que les réserves d’or louées par les banques centrales aux bullions banks ont changé de main en allant d’Ouest vers l’Est deviendrait de plus en plus probable.

Enfin, depuis 1987 et tous les 7 ans, un krach s’est produit : 1987, 1994, 2001 et 2008. Pour les deux derniers, inutile de jouer aux devinettes. Quant à 2015, cela pourrait être l’année du pétrole de schiste ou d’un risque politique dans un pays dont les réformes structurelles se font attendre. Par contre, je ne parie pas sur la Russie car elle a franchement bavé en 2014 avec courage.

Commentaires

Soyez le premier à réagir !


Avantages d'être membre

Postez vos commentaires. Vous pouvez aussi y ajouter des graphiques et des images afin d’illustrer vos propos.