L’euro, bien configuré pour remonter à 1,12 dollar.

Jérôme Boumengel 20
L’euro, bien configuré pour remonter à 1,12 dollar.

Depuis plusieurs semaines, l’euro se renforce vis-à-vis de l’ensemble des autres grandes devises, que ce soit face au dollar, à la livre, au yen ou encore au franc suisse. On peut s’étonner que l’euro progresse vis-à-vis du dollar alors que la Fed vient de relever ses taux d’intérêt. Il semblerait donc que cette hausse ait été largement anticipée par les cambistes, qui par ailleurs ont pris en compte l’absence d’annonce d’accélération du rythme de relèvement des taux dans les mois à venir. Ajoutons également que la défaite des europhobes aux législatives des Pays-Bas a éloigné quelque peu le risque politique en Europe.

La monnaie européenne semble donc retrouver de l’intérêt auprès des investisseurs. Longtemps surévalué par rapport au dollar, l’euro s’est fortement déprécié à partir de l’été 2014, au point de devenir sous-évalué depuis janvier 2015. C’est en effet à cette époque que la monnaie européenne est tombée au-dessous de son taux de change PPA (Cf. Chart ci-après). Ce taux de change intrinsèque, obtenu à partir du rapport entre le pouvoir d’achat du dollar et celui de l’euro se situe actuellement à 1,16 $. Sur la base d’un cours de 1,078 $, l’euro fait donc apparaître une sous-évaluation de l’ordre de 7%.

 

 

Dans un contexte où l’euro est sous-évalué par rapport au dollar, le scénario d’une remontée de la monnaie européenne devient crédible. Ce scénario s’appuie sur 2 éléments techniques, le premier concerne la situation des positions spéculatives sur les marchés à terme, le second concerne la configuration graphique de la parité euro/dollar.

Selon les dernières données de la CFTC, la commission américaine des marchés à terme, les positions vendeuses sur les contrats à terme liés à l'euro continuent de se réduire. Les positions spéculatives à la vente ont chuté de 5% depuis le début de l’année, tandis que les positions spéculatives à l’achat ont progressé de 20%. Du coup, le solde des positions, bien que toujours vendeur, est à un plus bas niveau depuis mai 2016 (cf. chart ci-après).

 

 

Mais le principal argument en faveur d’une remontée de l’euro repose sur sa configuration graphique. Depuis décembre 2016, le taux de change EUR/USD développe une figure d’accumulation en données quotidiennes. Ce scénario de reprise haussière est conforté par le retour de la pression acheteuse et par un ratio de risque qui s’inscrit à la hausse et qui est remonté en territoire positif (cf. chart ci-après). Cette configuration indique que la rentabilité surperforme la volatilité, et que le risque pris pour acheter de l’euro est de mieux en mieux rémunéré. J’envisage une fenêtre de prévisibilité sur l’euro, avec un objectif à 1,12$ d’ici à 3 mois.

 

 

© Copyright Jérôme Boumengel  -  Pour toute reproduction ou toute citation, le nom de l’auteur et la source devront être mentionnés.

 

 

Commentaires

Avantages d'être membre

Postez vos commentaires. Vous pouvez aussi y ajouter des graphiques et des images afin d’illustrer vos propos.

Pascal TRICHET 22/03/2017

Jérome,

 

Pour vous deux seuls contributeurs, maintenant de tendance.com

Qui de toi ou de Parthénon (qui a un avis typiquement opposé au tien) faut il croire ?

Parthénon 22/03/2017

Bonjour Pascal, j'ai adouci mon avis dans ma dernière analyse suite à la décision de la Fed de ralentir le rythme de son resserrement monétaire (le Dollar a nettement perdu de sa force). Désormais, Jérôme a la main et je lui fais confiance pour nous déceler le prochain mouvement du cross.


Jérôme Boumengel 23/03/2017

OUi, en 15 jours il s'en est passé des choses, surtout au niveau politique : l'échec des europhobes aux législatives des Pays-Bas, l'éloignement d'une victoire du FN aux présidentielles...


Pascal TRICHET 23/03/2017

eh bien donc

et dans un seul souci d'échanges constructifs

je suis obligé de constater un OVERLAP qui pèse comme un couvercle 1.08/1.082 (voir graphe)

.

qui pèse comme un couvercle ne veut pas dire que le paire repartirait à la baisse mais quand même, je voudrai le voir allégrement franchi pour plaider LONG.

 

A titre perso j'ai sorti le long que j'avais suggérer sur ton post, Damien et je suis passé FLAT.

 

eptrad41 23/03/2017

hello pascal et jérome
Perso je rejoins l'analyse de Jérôme et même je regarde à 1.15 / 1.16
Pour aller plus loin dans le cas présent Elliot me dit que c'est une sous vague 3 qui cible 1.1015 -- 1.1131 ( court terme ) Mais jamais de certitudes et en version rare cette sv3 peut bloquer à 1.1082- il faut aussi savoir qu'une fois ce niveau passé suivant elliot il ne sera plus franchissable avant un bout de temps !! Alors se placer long sous la R  n'est pas si béte et si ca bloque on sort !

bonne journée


Jérôme Boumengel 23/03/2017

Et puis moi j'ai adopté le principe suivant : les résistances sont faites pour être dépassées, les supports pour être enfoncés.


Pascal TRICHET 24/03/2017

bjr

je suis pas en train de dire Jérome à tord : l'EURDOL ne va pas monter

je suis en train de dire : je veux voir cet overlap 1.08 / 1.082 franchi pour repasser long.


Pascal TRICHET 24/03/2017

au delà du débat

cà va monter/ çà va pas monter

 

Il y une remarque sur le fond que je me dois de faire sur la terminologie utilisée.

Je le fais en tant que CFTe niveau 1 c'est à dire diplomé de l'IFTA et membre et au bureau  de l'AFATE :

 

Jérome,  le processus que tu décris ne doit pas être appelé d'ACCUMULATION" mais de DISTRIBUTION, fusse t elle inversée ou de type BOTTOMING PROCESS. L'accumultaion c'est clairement pas çà.

 

Voilà , c'est une question de vocabulaire employée ou de terminologie

 

CFTe : Certified Technical Analyst

IFTA : International federation of Technical Analysts

AFATE : sa branche française : Association Française des Analystes Techniques

www.afate.com

Parthénon 24/03/2017

Bonjour Pascal, si tu penses que les cours vont monter après un passage par une figure de compression, c'est bien d'accumulation qu'il faut parler et non de distribution.


Jérôme Boumengel 24/03/2017

Il faut relire les classiques et notamment l’excellent ouvrage de Peter Hamilton « The Stock Market Barometer » publié en 1922, et qui reprend notamment les idées de Charles Dow.

Historiquement, une phase d’accumulation est une phase de transition entre un bear market et un bull market, où  les titres passent de mains faibles en mains fortes.

Ces concepts d’accumulation et de distribution ont notamment été popularisés dans les années 60 par Franck Vignola et Joseph Granville. D’un point de vue opérationnel, c’est une phase pendant laquelle les volumes haussiers deviennent supérieurs aux volumes baissiers, ou pour être encore plus précis, une phase du marché au cours de laquelle la demande est élastique et l’offre inélastique.


Pascal TRICHET 24/03/2017

bon, donc à corriger dans mes acquis et mes croyances

autant je sais bien ce qu'est la distrib en fin de tendance

autant j'imaginais, je croyais,  que l'accumulation est caractérisée par le schéma ci joint

non ?

excusez moi donc

on apprend, on corrige tous les jours

.


Pascal TRICHET 24/03/2017

la config que décrit Jérome

je l'appelais BOTTOMING PROCESS

pas accumulation.

Merci d'avoir rectifié, vous êtes PRO


Jérôme Boumengel 24/03/2017

Oui, moi également j'en apprends tous les jours... et c'est ce qui donne du piment à la vie :)


Pascal TRICHET 03/04/2017

bjr Jérome

as tu révisé ton point de vue ?

comment expliques tu le faux break out CT de la semaine dernière ?

il y a un bruit qui court que les fonds londoniens seraient lourdement vendeurs d'EURO ?

il y a qq notes qui circulent d'un danger obligataire européen plus ou moins imminent .....

Y a til simplement une précaution pré-électorale ?

Veux tu nous redonner ton point de vue à l'heure actuelle stp ?

Jérôme Boumengel 03/04/2017

Bonjour Pascal,

Oui, ya eu une failure ou faux break out... en tout cas, l'analyse a échoué !

Concernant les fonds londoniens qui seraient lourdement vendeurs, je n'en sais rien, mais la rechute s'est accompagnée de volumes conséquents, donc c'est pas très bon.

Il faut voir également que la tendance de fonds est toujours baissière (en mensuel ou hebdo), ce qui fragilise les mouvements de court terme.

 

 


Pascal TRICHET 03/04/2017

Dans le pur respect de votre money management

je préconise une vente stop sous les cours de l'EURO/CHF

comme çà s'il y avait un incident EURO on serait servi à la baisse

et ce pourait même être interessant.


hejeve 12/04/2017

Maintenant l'Euro retombe sur le support, un rebond de l'euro est envisagible?

Jérôme Boumengel 12/04/2017

Depuis la failure du 29 mars dernier, la configuration n'est plus positive. L'euro peut rebondir mais ça reste fragile. Il vaudrait mieux attendre qu'il remonte au-dessus de ses 2 moyennes mobiles, au-dessus de 1,0689.


hejeve 26/04/2017

Et maintenant il s'agit d'un vrai break, et il redevient intéressant d'acheter l'euro pour viser 1.12?


Jérôme Boumengel 26/04/2017

Essayez de l'acheter au-dessous de 1,09.... Mais gardez à l'esprit que la tendance de fond demeure baissière.