Jouer ou investir ?

Marc GILSON 2
Jouer ou investir ?

Après un mois d’activité dans les marchés boursiers, en pleine période de publication des résultats annuels (mitigés), pendant les discussions budgétaires dans l’UE, avant la prochaine déclaration de Mario Draghi et surtout avant les fêtes du nouvel an chinois, on constate que les opérateurs commencent à être sérieusement nerveux.

En effet, les incertitudes des traders reviennent en force : n’avons-nous pas acheté trop et trop vite ? Le bloggeur Thomas Veillet, qui garde les yeux sur son Bloomberg toute la journée, nous fait remarquer qu’hier on a enregistré une transaction de 11.25 millions de dollars sur l'indice de la volatilité. « Ce qui signifie que le trader qui a initié cette transaction pense que d'ici deux mois la volatilité va exploser. Qui dit volatilité qui explose, dit marché qui se pète la figure. Mais ce n'est pas tout, dans la même veine, un autre petit malin (ou peut-être le même) a acheté 100'000 puts (ce qui correspond à une vente à terme à découvert) sur l'ETF XLF, qui est le tracker qui réplique le secteur bancaire aux USA. Les grosses  transactions en options puts sur le XLF sont en général autour de 500 contrats. 100'000 contrats c'est énorme et j'imagine qu'il y a deux ou trois market-makers qui ont dû sortir les rames pour naviguer à contre-courant. Le strike du puts en question (le put est l'option qui monte quand le marché baisse...) est de 16, sachant que le XLF se traite autour de 17.5$, on envisage une jolie correction tout de même »

Est-ce que cela signifie que les bourses s’apprêtent à corriger sérieusement et pour longtemps (en matière boursière cela veut dire quelques semaines) ? Pas nécessairement.

Les deux transactions mentionnées peuvent se dénouer dans les prochains jours, par petits paquets discrets, profitant de la baisse des indices qu’elles auront contribué à favoriser dans un contexte de doute favorable à l’amplification de l’effet souhaité. Tout bénéfice, donc, à moins que d’autres traders s’estiment  floués et commencent à acheter le marché pour
limiter leur perte temporaire et surtout pour empêcher les gains prévus sur ces transactions très (trop) visibles.

C’est ça qui anime les salles de marché, qui donne l’adrénaline aux traders.

Et qui incite le simple quidam à garder son argent sur son livret d’épargne. Hélas.

Commentaires

Avantages d'être membre

Postez vos commentaires. Vous pouvez aussi y ajouter des graphiques et des images afin d’illustrer vos propos.

Guillaume DUMANS 07/02/2013

Excellente information ! On a pu également l'observer via notre indicateur, le stress est de nouveau bien présent dans les salles et la moindre annonce peut entrainer un mouvement important ! 

Tournier sebastien 07/02/2013
Il est aussi risqué on l'as vu d'anticiper les previsions baissière... Si on avait du vendre le marché en pariant sur hausse de la volatilité etc on serait en train de prier que la baisse arrive réellement !! Une bonne règle est de ne pas anticiper une baisse pour cela je pense que commencer a mettre des ordres stop de vente (trailing stop ou stop limit) est un bon moyen de protéger son portefeuille sans etre en contre sens total. Une autre methode est de vendre des call en dehors de la monnaie pour encaisser la prime si on estime comme bon nombre d'intervenants que le marché peux patiner pour les 2 mois a venir...Sébastien