Indice Dow Jones : sell in may and go away ?

Jérôme Boumengel 4
Indice Dow Jones : sell in may and go away ?

Il semble difficile d’envisager que l’indice Dow Jones puisse s’affranchir de sa résistance à long terme sans passer auparavant par une phase de consolidation. C’est en tout cas ce que suggère l’analyse des volumes et des prix qui montre que la progression de l’indice américain s’accompagne depuis plusieurs mois d’un essoufflement de la pression acheteuse (Cf. graphique ci-dessous). Une telle configuration technique rend, à court terme (horizon 2 à 3 mois), la probabilité d’une consolidation plus importante que celle d’une poursuite de la hausse.

Sur le plan des fondamentaux, les sociétés qui composent le Dow Jones se portent bien et les perspectives pour l’exercice 2014 font ressortir un taux de croissance des bénéfices attendu en hausse de l’ordre de 16%. Les marges des sociétés ont atteint des niveaux record et la valorisation de l’indice Dow Jones n’est pas excessive. Mesurée à l’aune du Price Earning Ratio, le marché achète 14,3x les bénéfices des 12 prochains mois et la prime de risque sur la même période ressort à 6,9%. Il n’y a pas de bulle spéculative sur l’indice.

Quant à la conjoncture économique des Etats-Unis, les derniers chiffres font état d’une amélioration de la croissance après les intempéries hivernales qui avaient fait chuter le moral des industriels. Le taux de chômage est descendu à 6,3%, les dépenses de consommation affichent un taux de croissance au plus haut depuis 3 ans et l’indice ISM manufacturier a repris le chemin de la hausse après un point bas au début de l’année. Il n’y a que les exportations et la construction immobilière qui restent à la traine. Les premières affichent un rythme annuel de croissance de seulement 1,9% (contre une moyenne historique de 6,7%), tandis que les mises en chantier enregistrent une baisse de l’ordre de 6%. Ce dernier chiffre est toutefois à relativiser en raison de la météo hivernale peu clémente.

Les raisons qui me poussent à la prudence sur le marché américain sont donc essentiellement techniques. Le marché est suracheté et cet excès d’optimisme m’incite à adopter une attitude contrarienne. Du reste, plusieurs indicateurs de sentiment de marché commencent à donner des signaux négatifs. C’est le cas notamment du ratio Put/Call dont j’aurai l’occasion de revenir en détail dans un prochain article. L’aggravation de la crise en Ukraine pourrait constituer le déclencheur d’une consolidation de l’indice phare de la Bourse américaine avec un risque de retour en direction des 14 000 points.


Copyright Jérôme Boumengel

Commentaires

Avantages d'être membre

Postez vos commentaires. Vous pouvez aussi y ajouter des graphiques et des images afin d’illustrer vos propos.

Pascal TRICHET 09/05/2014

bsr Jerome

 

Finalement  gros trading range légérement ascendant depuis maintenant plus de quinze jours.

 

Faut il patienter encore longtemps vant la baisse ? Viendra t elle ?

Serait curieux d'avoir ton point de vue en cette fin de semaine.

eptrad41 15/05/2014

Bonjour jérome

j'ai relu ton analyse et effectivement les résultas sont solides au US et surtout sans surprises -

Par rapport au consensus début d'année il n'y a pas de gros changement

Pour le PER j'arrive au meme résultat mais par contre tu parle d'une croissance de 16 %

Perso arrété au 05 mai j'ai + 6.95 % Prévu en 2014 et 8.63 en 2015

A T'on les memes sources je dirais oui vu qu'on arrive au meme PER

( 14.79  Pour moi ) ??

 

sinon une baisse sur 14000 soit un peu plus de 10 % ca colle avec ma cible sur le s&p a 1707

 

bonne journée

Jérôme Boumengel 15/05/2014

Bonjour Eric,

Je viens de regarder et je crois savoir d'où vient cette différence. je pense que c'est parce que j'utilise la médiane, alors que toi tu utilises la moyenne...

Mais dans les 2 cas, on aboutit à peu près au même PER

A+

eptrad41 15/05/2014

ok merci