Indice CAC 40 et prime de risque

Jérôme Boumengel 1
Indice CAC 40 et prime de risque

La prime de risque à 12 mois de l’indice CAC40 s’élève actuellement à 7,7%. Par rapport à la semaine dernière, la prime de risque a légèrement progressé de 20 points de base. Cette remontée est due notamment à l’évolution négative de l’indice parisien de 0,60%, ainsi qu’à la diminution de l’Euribor à 12 mois qui est retombé à 0,805% contre 0,836% la semaine précédente. Quant aux anticipations de bénéfices, elles sont restées stables.

Avec un niveau actuel de 7,7% la prime de risque à 12 mois de la Bourse de Paris reste à un niveau élevé, nettement supérieur à sa moyenne historique qui se situe autour de 5%. Depuis la crise des subprimes, la prime de risque évolue dans un triangle symétrique, entre un support ascendant et une résistance baissière. Impossible pour le moment de prédire si la prime franchira en hausse sa résistance, ou bien si elle sortira par le bas de ce triangle pour retomber sur sa moyenne historique. Tout va dépendre de l’évolution de la situation monétaire au sein de la zone euro.

A court terme, on peut toutefois s’appuyer sur la moyenne mobile à 6 mois et sur le principe de l’oscillateur pour anticiper un nouveau reflux de l’aversion au risque sur les actions françaises. En effet, après avoir commis un excès au mois de juin dernier, en s’écartant de sa moyenne mobile et en remontant à 8,5%, la prime de risque s’est par la suite réduite pour retomber au-dessous de cette moyenne mobile. Selon le principe de l’oscillateur, quand un excès a été commis dans un sens, il va se reproduire dans l’autre sens.

La probabilité d’un nouveau repli de la prime de risque sur son support ascendant, à 6,8%, n’est pas négligeable. Ce scénario d’un nouveau reflux de l’aversion au risque permettrait à l’indice CAC40 d’atteindre l'objectif des 3600 points.


Commentaires

Avantages d'être membre

Postez vos commentaires. Vous pouvez aussi y ajouter des graphiques et des images afin d’illustrer vos propos.

Nathalie 16/01/2013
Merci pour votre analyse, Jérôme.