Immobilier parisien : forte correction en perspective ou simple consolidation ?

Jérôme Boumengel 0
Immobilier parisien : forte correction en perspective ou simple consolidation ?

La chambre syndicale des notaires de Paris vient de publier ses chiffres du premier trimestre 2012. Les prix de l’immobilier ancien parisien ont enfin amorcé la baisse tant attendue. Si elle reste limitée à -1,1% par rapport au trimestre précédent, avec un prix moyen de 8260€/m2, il faut préciser que c’est quand même la première fois que les prix baissent depuis le deuxième trimestre 2009.

On pourra remarquer que cette baisse des prix s’est accompagnée d’une forte augmentation des transactions ; 8790 appartements ont changé de main au cours de ce premier trimestre, contre 7660 le trimestre précédent.
En glissement annuel (par rapport au premier trimestre 2011), les transactions ont augmenté de 27%. Cette configuration de baisse des prix et hausse des volumes échangés traduit une augmentation de l’offre, ce qui est habituellement le signe d’anticipations baissières de la part des intervenants.

Toutefois, les notaires parisiens indiquent que la hausse des volumes est due en grande partie à un mois de janvier exceptionnel, en raison de la mise en place au 1er février d’une augmentation de l’imposition sur les plus-values immobilières. Les volumes ont été plus faibles en février et en mars. Leurs observations disponibles pour le mois d’avril suggèrent également une baisse des ventes. Il ne semble donc pas qu’il y ait de pression vendeuse.

Le recul des prix à Paris va-t-il se poursuivre ?

Selon les indicateurs avancés des notaires parisiens, les prix de vente devraient s’établir autour de 8200€/m2, ce qui témoignerait d’une résilience surprenante et confirmerait ainsi l’absence de pression vendeuse. Il faut dire que les difficultés à se loger à Paris permettent à ce marché de conserver encore tout son intérêt, malgré un contexte économique particulièrement difficile et une valorisation de ce secteur extrêmement élevée (Il est temps de devenir contrarien sur l’immobilier parisien).

A la vue de ces chiffres et de l'analyse que j'en tire, je privilégie plutôt le scénario d'une simple consolidation du marché immobilier parisien, un peu comme celle qui a eu lieu en 2008, et non le scénario d'une forte correction, comme on a pu en connaître dans les années 90.

© Copyright Jérôme Boumengel  -  Toute reproduction ou rediffusion interdite sans l'autorisation de l'auteur.

Commentaires

Soyez le premier à réagir !


Avantages d'être membre

Postez vos commentaires. Vous pouvez aussi y ajouter des graphiques et des images afin d’illustrer vos propos.