ILIAD : nous vendrons la nouvelle

Jérôme Boumengel 0
ILIAD : nous vendrons la nouvelle

Alors qu’ILIAD a reçu l’autorisation de l’autorité française des télécoms (ARCEP) de lancer son réseau 3G (Free Mobile), les questions vont bon train sur les parts de marché que la société de Xavier Niel pourrait conquérir. ILIAD arrivera-t-elle à obtenir 25% de parts de marché dans la téléphonie mobile comme l’a récemment indiqué son PDG, ou devra-t-elle se contenter de 15% comme le suggère le scénario de ses 3 concurrents (Orange, Bouygues et SFR) ?

Rappelons que le scénario de 25% repose sur son réservoir de 4,8 millions d’abonnés à l’ADSL. A raison de trois personnes par foyers, cela représenterait un potentiel de 12 à 15 millions d’abonnés pour le mobile, ce qui permettrait à ILIAD d’atteindre l’objectif de conquête de 25% de part de marché dans la téléphonie mobile d’ici à dix ans. 

Sur un plan boursier, le titre a nettement surperformé l’indice CAC40 depuis le début de l’année : +10% pour ILIAD contre -20% pour l’indice parisien. Le consensus des analystes financiers table sur un bénéfice forward à 12 mois de 3,43€, ce qui porte le PER d’ILIAD à plus de 26. Ce niveau nous paraît élevé, d’autant que sa prime de risque est inférieure à 2%, ce qui témoigne d’un excès d’optimisme des investisseurs.

Nous estimons que le marché a déjà intégré la réussite du lancement de Free Mobile. Nous conseillons d’adopter une stratégie contrarienne sur ILIAD et d’appliquer le vieil adage boursier « Acheter la rumeur et vendre la nouvelle ». Autrement dit, nous profiterons du lancement officiel de l’offre commercial pour vendre le titre. Car même si la société a annoncé un programme de rachat de ses propres actions, le potentiel de hausse du titre nous paraît limité à 95€.

 

Commentaires

Soyez le premier à réagir !


Avantages d'être membre

Postez vos commentaires. Vous pouvez aussi y ajouter des graphiques et des images afin d’illustrer vos propos.