Femme, femme, femme...

Marc GILSON 0
Femme, femme, femme...

C’est confirmé : le président Obama a nommé Janet Yellen (67 ans) à la tête de la FED, son mandat commencera en 2014. Les commentaires sexistes disent qu’elle est un Bernanke en jupe. Dans les colonnes du Wall Street Journal, la journaliste Victoria Mc Grane  a examiné sa carrière et ses déclarations. Elle constate que Mme Yellen a mis la lutte contre le chômage et le maintien de l’inflation sous les 2% en haut de ses préoccupations. La nouvelle patronne est réputée pour la qualité de ses prévisions, ses talents de communicatrice et son combat pour la régulation et la transparence.

Elle sera probablement associée dès maintenant aux grandes décisions de la banque centrale dont ‘on’ attend qu’elle diminue progressivement ses politiques de soutien à l’économie (le fameux tapering, terme à utiliser si vous voulez paraître branchés). Si le pays se sort du combat épique et éminemment politique autour du budget et du plafond de la dette, la femme la plus puissante des USA pourra poursuivre la politique de son prédécesseur et, espérons-le, arriver à ramener le pays vers plus de sobriété et de confiance.

D’une femme à l’autre… le FMI présidé par Christine Lagarde a sorti une nouvelle idée de son chapeau : ponctionner 10% de l’épargne de tout le monde, au travers d’une taxe unique, pour permettre aux nations de se remettre à flot. Beaucoup de réactions, bien entendu, comme celle du prolixe économiste Bruno Colmant :

Le FMI a déposé un papier de recherche suggérant qu’on puisse lever une taxe unique sur les patrimoines afin de rembourser les dettes publiques. Au-delà de l’adhésion politique à cette idée, il faut s’interroger sur les idées du FMI : plaidant l’austérité absolue tandis que son économiste en chef évoquait l’inflation, appuyant les plans qui ont massacré la Grèce avant de reconnaître – trop tard – que son appréciation était incorrecte, cette institution est tourbillonnante et donc de moins en moins crédible. Je crois qu’il faut en écouter avec scepticisme ses saillances virevoltantes alors que sa la ligne de conduite est floue et évanescente. Le vrai problème est que le FMI refuse de suggérer la voie de la création monétaire (et de l'inflation) pour s’extraire du piège publique. Il ne restera alors que la solution de l’effacement des dettes dont les lecteurs de ce blog ont suivi l’intuition.

Je l'ai souvent écrit : sans inflation, la sortie de crise sera pire. Ce sera donc une nouvelle erreur de jugement qui s'ajoutera aux couches d'absence de bon sens

Et voilà reposé le problème de l’inflation. Janet Yellen fait partie des ‘anti-inflation’, comme la chancelière Angela Merkel (encore une femme) et les penseurs du FMI. Nous avons plusieurs fois fait le constat que, en dépit des injections massives de liquidités, les pays occidentaux et le Japon ne voyaient pas revenir l’inflation. Une réalité sans doute expliquée par la faible vitesse de rotation de la masse monétaire, signe d’activité économique en difficulté. Si nous devions connaître une soudaine remontée de l’inflation, elle éroderait naturellement les dettes étatiques et … les comptes d’épargne. Pas nécessaire dès lors de passer par la case traumatisante du prélèvement sur l’épargne, comme décidé à Chypre il y a peu. Cela prendrait plus de temps évidemment mais ce serait pus indolore : il est plus facile d’accepter des petits changements qui s’additionnent plutôt qu’un gros bouleversement.

A ceux qui souhaitent la solution de la ponction, nous donnons quelques idées tirées d’une étude récente du Credit Suisse.

 

 

 

 

Les personnes qui ont une fortune (y compris l’immobilier) supérieure à 1 million de dollars, soit moins d’un pourcent du nombre d’adultes de la population mondiale, contrôlent 41% de la richesse
mondiale. Et ainsi de suite.

Et ci-dessous, le tableau qui vous explique où sont les gens les plus riches (entre 50 et 100 millions, 100 et 500, 500 et un milliard, plus d’un milliard). Sans surprise, ils sont majoritairement aux USA.  Et un tableau qui explique les variations de richesse. Intéressant.

Eh bien, Madame Yellen a de quoi faire… Et aussi Madame Lagarde, et Madame Merkel.

 
@MarcGilson

 

 

 

 

Commentaires

Soyez le premier à réagir !


Avantages d'être membre

Postez vos commentaires. Vous pouvez aussi y ajouter des graphiques et des images afin d’illustrer vos propos.