Etats-Unis : 2016, une année également difficile pour les actions américaines.

Jérôme Boumengel 2
Etats-Unis : 2016, une année également difficile pour les actions américaines.

Cet article fait suite au précédent, dans lequel j’identifiais à partir des principales variables économiques, les raisons d’envisager une récession aux Etats-Unis en 2016 (2016 : une année difficile pour l'économie américaine).

Bien entendu, ce scénario ne sera pas sans conséquences négatives sur l’évolution des actions américaines dont la valorisation est élevée.

Sur le plan de l’analyse technique, le marché résiste bien depuis fin octobre. Je pense que l’indice SP500 peut encore pousser plus haut et rejoindre le niveau des 2200 points dans les semaines qui viennent. Il reste soutenu par sa moyenne de long terme et devrait sortir par le haut de la consolidation actuelle.

En revanche, je m’attends à ce qu’il replonge par la suite et revienne à 1900 points, ce qui constituerait une chute de 13% si l’objectif des 2200 points était atteint.

Pourquoi ce scénario ? Parce que la pression acheteuse n’est plus ce qu’elle était. Le graphique du bas compare l’évolution de l’indice SP500 avec celle de son obvgram, un indicateur prenant en compte le rapport de force entre les acheteurs et les vendeurs.




Que remarque-t-on ? Que l’obvgram a commencé à décliner à partir de 2015, alors que le SP500 a continué à grimper. Or nous savons que cette configuration est le signe d’un essoufflement de la pression acheteuse. Plus précisément, cela traduit un changement du rythme relatif entre les volumes haussiers et baissiers.

Bref, c’est généralement un signe précurseur de baisse des cours boursiers (dans 90% des cas depuis que j’analyse les marchés). La chute estivale du SP500 n’a donc pas été une surprise. En revanche, les rebonds rapides sont beaucoup plus difficiles à anticiper…

Si l’indice SP500 peut encore grimper quelque temps, ce mouvement ne va pas s’accompagner d’une augmentation de la demande, ce qui pourtant serait une condition nécessaire pour envisager la pérennité de la tendance. En effet, l’obvgram est nettement repassé au-dessous de ses moyennes mobiles, faisant apparaître une dead cross.

La configuration de l’obvgram suggère que quelque chose s’est cassé et qu’il n’y a plus d’intérêt acheteur, en tout cas dans une optique à moyen terme, et si l’indice monte encore se sera en raison d’une diminution de l’offre. On sera dans le cas de figure où les vendeurs ne sont pas encore prêts à baisser leurs prétentions, préférant attendre plutôt que de brader leurs titres.

Une nouvelle divergence pourra alors apparaître entre l’indice SP500 et son obvgram ; une divergence qui sera encore plus importante que celle observée au cours du premier semestre.

Ça sera alors le moment de sortir à nouveau du marché…

 

© Copyright Jérôme Boumengel  -  Toute reproduction ou rediffusion interdite sans l'autorisation de l'auteur.

Commentaires

Avantages d'être membre

Postez vos commentaires. Vous pouvez aussi y ajouter des graphiques et des images afin d’illustrer vos propos.

Alain B 02/01/2016

Meilleurs voeux Jérome. 

Jérôme Boumengel 02/01/2016

Meilleurs voeux également à toi Alain :-)