ESSILOR : une valorisation boursière devenue excessive

Jérôme Boumengel 0
ESSILOR : une valorisation boursière devenue excessive

Fin juin, j’ai sorti ESSILOR du portefeuille Tendance CAC40 sur la constatation que le leader mondial des verres correcteurs avait atteint une valorisation boursière un peu trop élevée. Rendons-lui grâce d’avoir su résister à la morosité des marchés, et d’avoir brillamment surperformé son indice de référence pendant la crise grecque. Mais toutes les bonnes choses ayant une fin, son parcours boursier commençait à donner des signes de fatigue, en raison d’une valorisation boursière qui devenait excessive.

Au début du mois de juin, le Price Earning Ratio à 12 mois d’ESSILOR a dépassé les 24, un niveau qui n’avait pas été vu depuis 2006, alors que son PER historique se situe à 20,5. Par ailleurs, la prime de risque d’ESSILOR qui s’était stabilisée autour de 2,9% depuis l’été 2011, s’est vivement redressée il y a quelques semaines, pour atteindre maintenant 3,5%. Certes, comparée au 7,4% de la prime de risque actuelle du CAC40, celle d’ESSILOR apparaît encore bien modeste. Il n’empêche, cela dénote une augmentation de l’aversion au risque pour l’action du leader mondial de l’optique ophtalmique, ce qui devrait se traduire par une période de sousperformance.

En partant du principe de retour du PER sur sa moyenne historique et sur un bénéfice à 12 mois estimé par le consensus à 3€, le cours de Bourse d’ESSILOR pourrait revenir à proximité des 61,5€. C’est un risque de baisse de l’ordre de 9% par rapport au dernier cours.





Commentaires

Soyez le premier à réagir !


Avantages d'être membre

Postez vos commentaires. Vous pouvez aussi y ajouter des graphiques et des images afin d’illustrer vos propos.