Réorientation de l’épargne vers les PME et le logement social

Réorientation de l’épargne vers les PME et le logement social

Parmi les « 60 engagements pour la France » du candidat socialiste François Hollande, il y a les mesures concernant le doublement du plafond du livret A et du livret de développement durable (LDD).

Dans son projet, le candidat socialiste souhaite davantage mobiliser l’épargne des Français en direction des PME et des entreprises innovantes. Pour y arriver, il souhaite créer un livret d’épargne industrie en doublant le plafond du livret de développement durable (LDD), lequel passerait  de 6 000 à 12 000 euros. Quant au doublement du plafond du livret A, cette mesure permettrait de construire au cours du prochain quinquennat 2,5 millions de logements sociaux.

Rappelons que selon la dernière enquête de la Caisse des Dépôts et Consignation, la collecte nette du livret de développement durable n'a atteint que 110 millions d'euros en 2011, contre 17,3 milliards d'euros pour celle du Livret A. L'encours du premier se situait à 69,9 milliards d'euros fin 2011, pour 24,7 millions de détenteurs de LDD, tandis que l’encours du Livret A se montait à 216,9 milliards répartis entre 59,5 millions de détenteurs.

Connaissant l’engouement des français pour le livret A, le lobby bancaire n’a toutefois pas tardé à se manifester et à dénoncer les effets pervers de cette mesure. Selon une étude du cabinet Sia Conseil, doubler le plafond du Livret A, en le faisant passer de 15 300 à 30 600 euros, se traduirait par un coût supplémentaire de 100 à 324 millions d’euros pour les banques.

La proposition de François Hollande se traduirait en effet par un arbitrage des produits bancaires vers le livret A. Or dans la mesure où 65% des encours du livret A sont centralisés par la Caisse des dépôts (CDC), les banques seraient privées d’une partie de leurs ressources. Elles devraient alors aller la chercher sur les marchés, ce qui en renchérirait le coût.

Nous n’allons quand même pas pleurer sur le sort des banques quand on sait qu’elles sont à l’origine d’une grande partie de la crise actuelle ! Et puis rien ne les empêche de proposer aux épargnants des taux d’intérêt plus intéressants que ceux du livret A.

Commentaires

Avantages d'être membre

Postez vos commentaires. Vous pouvez aussi y ajouter des graphiques et des images afin d’illustrer vos propos.

ramage 31/01/2012
A longueur d'antennes ( de gauche bien sûr )l'on nous dit que les français n'ont pas d'argent," qu'ils souffrent", qu'il faut augmenter le pouvoir d'achat ( pour acheter des produits chinois) etc... De qui se moque-t-on ? Aucun fonctionnaire n'a vu son salaire diminué aucun retraité n'a vu sa retraite emputée entre autres.. il y a donc 90 de citoyens qui ne peuvent pretendre avoir moins de recettes en 2011 qu'en 2010.La crise (quelle crise ?).C'est simplement de ne plus dépenser plus que ses recettes en tous genres,ce qui était le cas depuis des decennies ! Enfin la minute de vérité.....