Déterminer la propension au risque sur l’indice CAC40 avec le JB Index®

Jérôme Boumengel 0
Déterminer la propension au risque sur l’indice CAC40 avec le JB Index®

Le graphique du JB Index®, ci-après, montre l’évolution de la propension au risque sur l’indice CAC40, mesurée par la prime de risque relative entre les 10 actions les moins risquées de l’indice parisien et les 10 actions les plus risquées.

Le risque est ici appréhendé par la volatilité des prévisions de BNPA. Plus la prévision du BNPA d’une action est volatile, plus cette dernière sera considérée comme risquée. Par exemple, avec une volatilité annuelle de 80% sur ses prévisions de bénéfices, STM peut se targuer d’être la valeur du CAC40 la plus risquée. A l’opposé, avec une volatilité annuelle de seulement 1%, L’OREAL affiche l’une des meilleures visibilités de l’indice CAC40. 

Quand la courbe du JB Index® monte, cela veut dire que la prime de risque des actions à faible risque surperforme la prime de risque des actions à risque élevé. Selon le cas, l’aversion au risque pour les premières est alors plus forte que pour les secondes, ou bien l’appétit pour le risque est plus faible. Autrement dit, les actions à risque élevé sont davantage recherchées que celles à faible risque : les investisseurs affichent de l’appétit pour le risque.

Le raisonnement est identique et les conclusions sont inversées quand la courbe du JB Index® est orientée à la baisse. Autrement dit, les actions à faible risque sont davantage recherchées que celles à risque élevé : les investisseurs font preuve d’aversion au risque.

Enfin, quand le JB Index® atteint une zone extrême, une lecture contrarienne s’impose :  

La présence du JB Index® dans une zone d’avidité (appétit pour le risque extrême) précède généralement un ajustement du niveau de l’indice CAC40. Inversement, une progression de l’indice devient très probable quand l’indicateur se situe dans une zone de peur (aversion au risque extrême).


Copyright © Jérôme Boumengel

 

Depuis le début de l’année, la propension au risque est positive et l’appétit des investisseurs pour l’achat d’actions françaises ne se dément pas. Autrement dit, le marché pense qu’il y a encore beaucoup plus à gagner qu’à perdre.

En effet, dans la mesure où le JB Index® se situe à un niveau modéré et n’a pas encore atteint la zone d’avidité, l’appétit pour le risque dispose encore d’un potentiel de progression. Cela devrait permettre à l’indice CAC40 de poursuivre sa tendance haussière à moyen terme et d'atteindre l'objectif des 4380 points.

 

 

Commentaires

Soyez le premier à réagir !


Avantages d'être membre

Postez vos commentaires. Vous pouvez aussi y ajouter des graphiques et des images afin d’illustrer vos propos.