De la richesse des pays de la Zone EURO

Marc GILSON 1
De la richesse des pays de la Zone EURO

Les médias ont beaucoup parlé de cette nouvelle livraison de la BCE –toujours en anglais-, une enquête statistiques sur les ménages de la Zone EURO, effectuée entre 2009 et 2011 et finie de dépouiller fin 2012. Nous vous avons extrait et traduit quelques données intéressantes.

Ce premier tableau montre donc des disparités importantes et étonnantes : Allemagne, Finlande sous la moyenne, et largement ! Mais à regarder de plus près, on peut voir que les ménages allemands ‘propriétaires’ disposent d’une richesse nette bien plus importante que la moyenne de la zone EURO…

D’une manière plus générale, il apparaît évident que les ménages de plus grande taille qui comportent plus d’adultes accumulent plus de patrimoine que les ménages de taille plus réduite. La BCE souligne que "la richesse nette est répartie de manière beaucoup plus inégale que plusieurs autres variables économiques, comme les revenus ou la consommation". L’accès à la propriété immobilière  influence fortement les chiffres du patrimoine et l’enquête constater un "haut degré d’accession à la propriété dans les pays méridionaux ainsi qu’au Luxembourg et en Belgique", ce qui fait que Chypre (eh oui !) ou Malte sont dans le peloton de tête de la richesse nette médiane par ménage.

Encore une statistique qui pose question : les pays qui ont le plus grand pourcentage de ménages qui ont créé leur propre emploi via une société sont l’Italie, l’Espagne, la Slovénie, la Finlande et la Slovaquie.

Dans la zone EURO, les ménages sont aussi endettés. En moyenne 43,7% d'entre eux. Pour notre échantillon, on notera que ce pourcentage est de 44,8% en Belgique (et 24,2% non liés à l'immobilier), en Allemagne, 47,4% (et 34,6% non liés…), en France 46,9% (et 32,8% non liés...). Le Luxembourg se distingue avec 58,3% des ménages endettés et 36,9% qui ont des crédits non liés à l'immobilier, ce qui semble beaucoup pour un pays réputé si riche...

Et bien entendu, les ménages ont aussi de l’argent de côté, quasiment tous. Et en pratique ils confient une grande partie de ces avoirs à leur banque. On notera, dans le tableau ci-dessous que les Finlandais sont les plus grands amateurs d’actions, devant les Français et les Belges. Ils ne sont dépassés que par… les Chypriotes (34% !). Autre temps, autres mœurs ? Les pays les plus germaniques préfèrent les fonds d’investissement et les investisseurs à long terme, via plans de pension individuels et assurances-vie sont les… Néerlandais, les Allemands, les Chypriotes, les Belges, devant les Français, dont on sait l’affection (fiscale) pour les formules d’assurance-vie !

Pas vraiment de grandes conclusions à tirer de ces quelques chiffres sinon noter que les différences entre les pays de la Zone EURO montrent bien la difficulté de gérer une monnaie unique mais, également, que les politiques particulières de chacun des pays membres  (immobilier, épargne long terme, soutien à l’épargne en actions, etc.) ont créé ces disparités-là. Et il faudra sûrement de nombreuses années pour harmoniser tout cela.

Si la Zone EURO n’explose pas avant, mais ça c’est une autre histoire.

@MarcGilson

Commentaires

Avantages d'être membre

Postez vos commentaires. Vous pouvez aussi y ajouter des graphiques et des images afin d’illustrer vos propos.

RAPHAEL 11/04/2013

Ce qui prècède est interessant mais ne révèle rien d'extraordinaire !

1/ Il est tout à fait logique qu'un ménage qui a élevé beaucoup d'enfants, soit

moins à l'aise financièrement qu'un couple sans ou avec peu d'enfants .

2/Il est normal qu'un couple de plus de 70 ans après 40 ans de travail possède plus de biens qu'un couple de 30 ans  qui n'a travaillé que 5 ans de vie

rémunérée. C'est quasi mathématique.... CQFD