Confiance et trading

Caroline Domanine 2
Confiance et trading

 

Lorsque nous prenons une décision, aussi rapide soit-elle, plusieurs zones du cerveau se mettent en action. Parfois contradictoires, les différents territoires sollicités sont issus des étapes successives de l’évolution du cerveau humain.

Le territoire le plus ancien, le reptilien, gère nos réflexes de survie et de réaction au danger. Ce niveau basic de l’évolution conditionne nos réflexes de fuite ou d’attaque en cas de perception de danger. 

Le second niveau cérébral est le territoire paléolimbique, et c’est ici que nous allons nous attarder aujourd’hui, car il conditionne notre niveau de confiance à priori.

C’est l’instinct grégaire, comment influe-t-il directement sur nos actions de trading ?

L’instinct grégaire est le rapport qui unit l’individu au groupe. Afin qu’un groupe subsiste, il a besoins de dominants (des leaders, des protecteurs), de soumis (recherchent la protection, font fonctionner le groupe), d’axiaux (grande confiance dans le groupe, utile à la cohésion), de marginaux (en marge du groupe, attentif aux dangers potentiels) et enfin d’assertifs (en dehors du rapport de force, autonomes, ils n’attribuent aucune confiance ni méfiance à priori).

L’individu se positionne instinctivement sur ces 2 axes distincts :

Dominant – assertif- soumis

Marginal- assertif – axial

 

A priori, l’instinct grégaire joue son rôle dans le rapport que nous entretenons avec les autres,  et à ce stade de lecture, vous vous demandez peut-être ce que cet article a l’allure du supplément gratuit de « Femme actuelle » vient faire ici ; du calme, j’y  viens !

Même si nous travaillons seuls, lorsque nous prenons des décisions de trading, nous sommes en interaction avec un marché et surtout, avec nous-mêmes. L’instinct grégaire a donc une place fondamentale sur plusieurs niveaux :

-          Votre préférence de « type » de marché (notamment dans sa volatilité)

-          Le choix de votre UT opérationnelle (confiance dans votre anayse et/ou dans les indications graphiques à plus ou moins long terme)

-          Votre philosophie opératoire (suivi de tendance, break-out, contrarien…)

-          Votre money management (distance des ordres limites, exposition)

-          Votre rituel opérationnel, votre routine, votre cadre

Notre instinct grégaire est à la fois fixe est relatif : fixe, car notre positionnement ne peut pas évoluer (une fois rangé dans une « case », on y reste !) et relatif, car on trouve toujours plus dominant ou plus soumis que soi. Ainsi, entre 2 individus plutôt soumis, il y en a toujours un plus soumis que l’autre.

Lorsque nous passons un ordre sur les marchés, quel que soit notre positionnement instinctif, nous sommes soumis au marché, quoique nous fassions, nous ne le ferons pas plier, et cette réalité peut créer des réactions très diverses selon notre degré de dominance.

Par exemple, un individu qui va se trouver souvent en position de « dominant » peut avoir du mal à accepter de se soumettre aux lois du marché, et par opposition, un individu souvent « soumis » peut rapidement se trouver tétanisé devant la violence d’un mouvement non inattendu. L’ « axial » peut avoir une confiance irraisonnée dans sa prise de décision et reste peu adaptable aux changements de scénarios qui ne manqueront pas de se présenter, et le « marginal » peut avoir tendance à couper trop vite sa position, voyant le danger précipitamment, là où il n’a pas fondamentalement une invalidation de scénario.

Ce ne sont que quelques exemples volontairement simplistes pour donner des images concrètes, les nuances sont évidemment aussi nombreuses que les traders.  

Comprendre cet aspect est donc primordial pour 2 raisons :

-          Il doit être pris en compte dans l’élaboration du système de trading et de la routine opérationnelle.

-          Connaitre votre tendance vous permet de sortir de certains schémas automatiques pour mieux gérer votre portefeuille, avec plus de distance.

Le trader finit tôt ou tard par mettre en place un trading qui correspond à son instinct grégaire, pour certains, ce sera rapide alors que d’autres vont chercher à lutter longtemps pour se plier à des exigences comportementales incohérentes avec ce qu’ils sont.

Chaque cas est unique, mais une vérité est générale, on ne réussit pas en luttant contre tout ce que nous sommes. Reconnaitre, accepter l'evidence, réagir en conséquence et évoluer, c’est le seul chemin qui me paraisse praticable sur le long terme.

 

Commentaires

Avantages d'être membre

Postez vos commentaires. Vous pouvez aussi y ajouter des graphiques et des images afin d’illustrer vos propos.

eptrad41 13/01/2015

beau sujet bravo et bonne journée

Caroline Domanine 14/01/2015

Merci!