Carnaval

Marc GILSON 0
Carnaval

Nous voilà au Mardi Gras. Quand on pense carnaval, on imagine surtout des personnes déguisées, arborant le plus souvent des masques et profitant de quelques moments de totale liberté pour laisser s’exprimer leurs pulsions profondes réprimées pendant un an.

Elles s‘avancent masquées donc. De là à extrapoler que sur les marchés financiers et en politique, on est tous les jours au carnaval… Facile mais probablement vrai.

Deux exemples parmi tant d’autres ?

Vendredi soir, dans la torpeur d’un début de weekend, ainsi qu’il est relaté dans un article du Wall Street Journal, Google a annoncé qu’Eric Schmidt, son président exécutif, comptait vendre en 2013 près de 40% de ses actions Google qui lui restent (il a commencé timidement en 2011, a ensuite vendu un gros paquet en 2012 et fin 2013 il aura allégé son portefeuille de plus de 50%). Pourquoi et comment expliquer cette accélération?

La firme prétend qu’il s’agit d’une opération de diversification normale de ses actifs et de création de liquidités. Mais derrière ce masque, qu’y a-t-il en fait ? Il aurait pu protéger son patrimoine en 2008 en pleine crise ou chercher les opportunités en 2009 quand tout a repris. Comme il fait partie des personnes les mieux informées du monde et en connexion certaine avec les huiles de la FED, les observateurs pensent, eux, qu’en fait il sait que les politiques de quantitative easing vont s’arrêter et que les marchés vont plonger. Il sort du marché quand tout incite les petits porteurs à y retourner, phénomène bien connu. Alors, info ou intox ?

La force de l’euro a été mise en avant par la président Hollande, qui la présente comme un frein pour les entreprises françaises. Pourtant, les représentants de la BCE estiment qu’il est correctement évalué et plusieurs pays à monnaie forte (Allemagne, Suède, Suisse) améliorent leurs scores à l’exportation. Par ailleurs, les pays pratiquant une sorte de dumping du change (USA, Japon, Grande Bretagne) enregistrent aussi des progrès dans leur balance commerciale. Même si on considère généralement que dans ce cas de figure les effets sont pervers et de courte durée, les résultats sont là. Monnaie forte ou faible, le problème n’est vraisemblablement pas là mais le masque de la revendication d’un euro plus faible doit bien cacher d’autres choses, non ?

Puisque nous en sommes aux considérations carnavalesques, mentionnons aussi le Nouvel An chinois dont les célébrations
battent leur plein. L’entrée dans l’année du Serpent est aussi fêtée par des cortèges de personnes déguisées. Le Serpent est signe de changement comme en témoigne sa mue régulière et pour ce géant asiatique tout indique qu’il y aura du remue-ménage dans l’économie et la politique du Parti avec la mise en place d’un nouveau leader Xi Jinping qui se serait donné pour mission de libéraliser encore plus l’économie, de retirer progressivement la mainmise de l’Etat sur les entreprises et l’amélioration des conditions de vie de la population.

L’utilisation du conditionnel est volontaire : méfiance vis-à-vis des masques, évidemment.

 

 

Commentaires

Soyez le premier à réagir !


Avantages d'être membre

Postez vos commentaires. Vous pouvez aussi y ajouter des graphiques et des images afin d’illustrer vos propos.