CAP SUR L'IMMOBILIER EN THAÏLANDE !

Didier MAURIN 12
CAP SUR L'IMMOBILIER EN THAÏLANDE !

La Thaïlande est l'un des pays les plus dynamiques et appréciés d'Asie. Avec un coût de la vie 2 à 3 fois moins cher qu'en France, l'attraction constante de la Thaïlande auprès des touristes (24,5 millions en 2013) et des expatriés (actifs ou retraités) qui se comptent par dizaines de milliers, impacte la valeur de son immobilier et explique l'intérêt des investisseurs internationaux.

Des infrasctructures de grande qualité, des programmes immobiliers aux standards internationaux, un fort développement économique et une qualité de vie inégalée permettent à l'immobilier en Thaïlande de représenter un investissement particulièrement rentable. Une étude du Global Property Guide identifie d'ailleurs la Thaïlande comme l'un des pays offrant parmi les meilleures rentabilités locatives au monde, avec des rendements allant de 5 à 10%.

Sans oublier qu'au niveau fiscal, vous bénéficiez, là encore, comme en Allemagne, d'une fiscalité plus intéressante qu'en France. En effet, il n'y a pas, en Thaïlande, de taxes d'habitation, de taxes foncières, d'impôts sur les plus-values ou de droits de succession ce qui représente des avantages non négligeables.

Vous l'avez compris, il est judicieux d'internationaliser de plus en plus votre patrimoine immobilier afin de le sécuriser tout en bénéficiant des conventions fiscales internationales qui vous permettent d'être beaucoup moins taxé qu'en France (telle l'Allemagne avec un taux de seulement 15,825% sur les loyers là où l'imposition peut monter jusqu'à 64,5% dans notre pays).

Mais ne vous faites pas d'illusion : l'imposition sur le patrimoine, en France, va encore progresser. Pourquoi ? Tout simplement parce que François Hollande n'a pas le choix, à savoir que son "pacte de responsabilité", qui constiste à baisser massivement les charges pesant sur les entreprises, doit être développé. S'il ne le fait pas, la France, qui croule sous une imposition la plus forte au monde, va continuer à se désindustrialiser et subir les risques de montée du chômage et de troubles politiques qui en découlent et contre lesquels il est impératif de prémunir vos actifs patrimoniaux.

Or, pour le moment, le pacte de responsabilité de François Hollande n'a pour effet de baisser, par exemple, que de 150 euros le coût d'une voiture produite en France ce qui est bien évidemment insuffisant !

Il va donc falloir l'étendre et le développer mais comme la France est un pays en faillite, comme le disait François Fillon, il doit trouver des recettes ailleurs. C'est entre autre pour cette raison que j'ai décidé de ne plus exploiter la fiscalité de l'assurance-vie pour privilégier des structures plus souples, car bloquer des capitaux pendant 8 ans alors même que la fiscalité peut très vite augmenter, du jour au lendemain (telle la CSG ou les taxes frappant les bénéficiaires des contrats en cas de décès) est très dissuasif.

Notons aussi que certaines multinationales du CAC40 ont le projet de quitter la France pour installer leurs centres de décision ailleurs, et que de grands investisseurs ont décidé d'utiliser une monnaie privée, le bitcoin, parce qu'ils ne font plus confiance au dollar, à l'euro et au yen qui sont des monnaies publiques criblées de dettes (c'est d'ailleurs pour cette raison que je préconise l'immobilier à crédit).

Je juge cet évènement, encore peu connu du grand public, relativement grave car il témoigne d'une méfiance profonde des milliardaires pour ces institutions en quasi-faillite que sont les Etats. Et ce sans compter le risque potentiel d'une attaque impromptue des marchés financiers mondiaux contre la dette française contraignant notre pays à une quasi-faillite immédiate générant des problèmes de financement colossaux. Dès lors, vous conviendrez des dangers importants auxquels s'expose la France.

 Dans un tel scénario, les exigences du FMI et de Bruxelles vis-à-vis de notre pays seraient immédiatement mises en oeuvre par François Hollande, à savoir blocage complet des comptes d'épargne des Français dans les banques françaises - comme à Chypre- puis prélèvements de sommes pour renflouer l'Etat français ( ce qu'exige actuellement le FMI) + prélèvements d'autres sommes encore pour renflouer les banques elles-mêmes qui seraient alors en faillite (ce qu'exige maintenant Bruxelles).

 Eh oui, un jour, peut-être vous faudra-t-il payer ?...

 Par ailleurs, vous n'êtes pas sans savoir que tous les chiffres annoncés officiellement par nos Etats pour nous rassurer sont truqués, qu'il s'agisse du nombre de chômeurs qui frise en réalité souvent le double, de la délinquance dont les statistiques sont eux aussi manipulés, de l'inflation dont les modes de calcul ont été modifiés vingt fois, ou de la dette réelle des Etats qui n'intègre pas le "hors-bilan" (celle de la France approche les 5 000 milliards d'euros et celle des Etats-Unis les 70 000 milliards de dollars !...).

 Dans une telle conjoncture, où les banques centrales ne peuvent plus cesser la "planche à billets" sous peine de voir nombre d'Etats déposer immédiatement le bilan, toutes ces centaines de milliards de monnaies imprimées finissent par atterrir sur des marchés actions qui, bien entendu, s'envolent.

 Cela étant, soyez vigilant face aux hausses en "trompe l'oeil". En effet, les Américains et les Japonais ayant beaucoup plus imprimé que les Européens, leurs bourses ont davantage performé mais leurs monnaies ont à l'inverse dégringolé de plus belle !

 

Didier Maurin

 

Didier Maurin est spécialiste du conseil en investissements financiers en France et à l'international depuis plus de 26 ans. Il est fondateur et gérant indépendant de Didier Maurin Finance, société de conseil en Gestion de Patrimoine située à Paris et en Lorraine, et de Katleya Gestion, société de Gestion de Fortune, basée à Genève depuis 2005. Il développe chaque mois dans sa Lettre financière destinée à ses clients et abonnés son point de vue d'expert, parfois incisif, sur le monde économique et ses conseils avisés d'investissements.

Commentaires

Avantages d'être membre

Postez vos commentaires. Vous pouvez aussi y ajouter des graphiques et des images afin d’illustrer vos propos.

Jean 18/04/2014

Je reviens d'un voyage d'affaire d'un mois en Thaïlande dont une bonne partie à Phuket. Le dynamisme qui y règne est impressionant. Il suffit de prendre une voiture au détour des grandes routes pour voir le développement immobilier qui est en feu... enfin cela fait 10 ans qu'il est en feu. 

Ce qui est intéressant c'est qu'il y en a pour toutes les bourses. J'ai vu des villas dans un parc nationnal "protégé" qui sont presque finies, la moins chère est à $10 millions et ça va jusqu'à $18m ! Mais on peut aussi se faire construire une petite villa confortable et design pour 150-180'000 euros. Je trouve les construction de qualité et de gout (ceci dit vu qu'il n'y a pas de règles imposées sur le design, si vous voulez une maison en forme de soucoupe volante c'est aussi possible).

Par contre, il faut savoir que quoi qu'on vous dise en Thailande (ils ont tendance à embéllir la réalité eux aussi)... On est propriétaire pendant 30 années, à ce terme c'est renouvellable. Donc l'achat pour le long terme comporte un risque. Si dans 29 ans ils veulent faire passer un route à l'endroit de votre maison, ils ne renouvelleront pas. 

Exemple, le Club Med de Phuket qui pourrait ne pas se faire renouveller sa concession acquise en 1985. Le marché immobillier s'enflamme mais il n'est pas à l'abri de s'écrouler non plus. J'ai rencontré une personne qui a fait 50% de plus value sur un terrain en 6 mois. Bulle ?

Diversifier son patrimoine avec des investissement immobilier à l'étranger est clairement une bonne alternative. Mais il faut faire une étude approfondie. Un des chinois les plus riche (il pèse plus de 30 milliards) vient de décider de liquider tous ses bien immobiliers en Chine. Tous ! Il est certainement mieux informé que vous et moi, et quand on voit la bulle du crédit là bas, ça ne semble pas idiot de sortir - même s'il reste quelques années de "fête".

Dans ce genre d'histoire mieux vaux être un peu en avance, qu'un seul jour trop tard. C'est comme sur les marchés ... Les plus malins anticipent et gagnent, les autres réagissent et perdent. Ca déplait, mais c'est la réalité.

Merci pour vos articles,
Cordialement,

JL 

Didier MAURIN 28/04/2014

Ce que vous écrivez est intéressant et je suis globalement d'accord avec vous !


Samamuz 19/04/2014
Et la guerre civile qui se prépare ? Ca ne vous inquiete pas? Si les communistes prennent le pouvoir, dehors les capitalistes et leurs belles villas seront nationalisées...
Didier MAURIN 28/04/2014

Il faut acheter au son du canon et vendre au son du clairon !


Pascal TRICHET 20/04/2014

Bjr Monsieur MAURIN

 

Quel est votre point de vue sur l'investissment immoblilier :

soit en Espagne  ?

soit au Portugal   ?

soit en Grèce....   ?

 

Pays plus proches de nous et dont les actifs immobiliers ont énormément baissé !!

Didier MAURIN 28/04/2014

Ces pays vont bientôt être des opportunités !


Blaise 22/04/2014
Et l'Irlande ? Selon moi, l'opportunité en Europe. Le rendement locatif me semble très attractif, les prix sont toujours proches des points bas et la mentailité anglo-saxonne est rassurante sur la capacité du pays à redemarrer plus rapidement que le reste de la zone euro
Didier MAURIN 28/04/2014

Oui + en se diversifiant sur la Thaïlande !


Pascal TRICHET 22/04/2014

Fait plus froid en Irlande !

foribex 22/04/2014
La Thaïlande, quel beau pays ! Je finis de développer mon système de trading et je vais habiter là-bas :)
Didier MAURIN 28/04/2014

C'est sans doute une bonne décision !


Marie31 23/10/2015

Très impressionant... J'aimerais bien savoir ce qu'il en est désormais, avec tous les attentas qu'il y a eu la bas. A mon avis, l'immobilier a du en prendre un coup. Après les attentas qu'il y a eu à Toulouse, l'immobilier neuf a chuté : https://www.appartement-neuf-toulouse.immo !

Je pense qu'il va se passer la même chose en Thaïlande et de manière beaucoup plus importante parce qu'ils vivent pratiquement que du tourisme. Après ça peut-être un bon plan si c'est un investissement personnel pour avoir une résidence secondaire.