Bulle ou Krach – focus indices à horizon 24 mois

Jean 6
Bulle ou Krach – focus indices à horizon 24 mois

Depuis 2009, la tendance du grand public est plutôt au perma-bearisme… D’ailleurs chez les pros aussi. Les perma-bear sont ceux qui, souvent à cause de fondamentaux bancals, pensent que la bourse devrait baisser, que cette hausse est irrationnelle.

Les marchés ne sont pas rationnels ou irrationnels ! Ils sont ce qu'il sont, que ça plaise ou non, les faits sont les faits.

C'est un système global complexe dans lequel les capitaux voyagent. L’argent change de main et de zones monétaires. Des trilliards chaque jours. Ce système est affecté par la psychologie des foules et des paramètres complexes (politique, fiscalité, économie, etc.).

Au sein d'une zone monétaire, les capitaux transitent dans différents secteurs. Les secteurs qui créent de la valeur permettent à d'avantage de capital de transiter dans le système.

Lorsque les capitaux affluent dans une devise et/ou certains secteurs, cela crée de puissantes dynamiques de fond qui font monter les prix. C'est ce qu'il se passe sur les actions depuis déjà bien des mois.

Quels sont les flux majeurs de capitaux à l’heure actuelle ?

La tendance principale constatée sur tout le globe est la transition du public vers le privé. Le public représente les dettes d’état et autres actifs du même type. Le privé regroupe les actions, les obligations d’entreprise, l’immobilier, etc.

L’afflux de capitaux dans le secteur privé américain est évident. Les indices actions américains sont en hausse de +20% cette année. L’immobilier est aussi en large hausse, des hedges funds investissent à tour de bras. Même les obligations d’entreprises à fort risque (junk-bonds) profite de la demande. L’appétit pour le risque est là.

On dénote, par conséquent, des flux significatifs en faveur du dollar. La tendance de fond est mitigée sur le billet vert mais le risque est à la hausse.

L’Europe et le Japon sont en position de faiblesse. C’est un autre sujet, mais je ne vois aucune issue favorable pour ces derniers compte tenu des décisions récentes et du manque de planification à long terme.

A-t-on plus de chances de voir une bulle ou un krach sur les marchés actions ?

Compte tenu des considérations énoncées ci-dessus. Du fait que les QUATRE hommes qui gèrent les principales banques centrales sont bien décidés à continuer de doper les actifs. Du fait que la perte de confiance envers les états n’est qu’à son début, et donc la seule option viable pour le capital est le privé. Que la machine est lancée et qu’une telle tendance haussière se retourne rarement avant une accélération brutale.

J’estime plus probable de voir une bulle se former dans les deux prochaines années. L’un n’empêche pas l’autre vous me direz. Il y a aura forcément des corrections, certaines peuvent être rapides et assimilées à des krachs. Mais attendre ce genre d’évènement rare est une perte de temps.

J’attends encore de voir ce que fera la FED si le S&P corrige de plus de 10%. Je ne suis pas le seul à penser qu’ils ne laisseront pas faire, qu’ils sont prêts à aller bien plus loin encore. Enfin, pour voir, il faudrait déjà qu’il baisse d’autant.

La bourse a encore de beaux mois devant elle. Tant que l’analyse chartiste et technique ne donne aucune alerte significative sur la tendance. C’est UP, UP, UP !

Bien sûr, comme les arbres ne montent pas jusqu’au ciel, tout cela finira mal. Mais ne sous-estimez jamais la puissance d’une tendance. Le jour où elle changera, on en reparlera… En attendant, valsons avec elle !

 

P.-S. Je penche pour un Dow vers 19'000 et S&P vers 2’000 d’ici fin 2015. Cependant ce genre de prévision est assez inutile. Il faut gérer le risque, réussir à naviguer les tempêtes, si petites soient-elles. Je ne fais pas d’achat long terme. Si ce scénario reste en place, je picorerais des bouts de tendances. S’il s’invalide, je changerais de stratégie.

 

Futur CAC40 (HEBDO)

 

Futur S&P500 (HEBDO)

 

Commentaires

Avantages d'être membre

Postez vos commentaires. Vous pouvez aussi y ajouter des graphiques et des images afin d’illustrer vos propos.

utestit 01/10/2013

ça, c'est une analyse de krach !

(mais pas par un crack de l'orthographe !! LOL)

Quand même, pour le titre, un petit effort ?

Jean 01/10/2013

Mes excuses, c'est corrigé :)


Brouxd 01/10/2013

tres interessant , merci.

je partage votre observation qu'il est inutile de vouloir qualfier le marché comme le font beaucoup d'observateurs qui ne se gènent pas pour dire qu'il fait n'importe quoi ...., se contenter de comprendre pourquoi il évolue comme il évolue reste le principal.

Pour le reste, on se rappellera que les hausses les plus marquées naissent dans le sceptiscisme général, et les kracks dans l'euphorie... alors cela abonde dans le sens de votre analyse.

Quand on se rappelle que la bourse n'est PAS le reflet de l'économie à l'instant "T", on a déjà fait un gros progrès...

 

Jean 01/10/2013

Tout à fait d'accord.

Juste un détail, les krachs naissent rarement sur un point haut. Il faut une première vague de baisse qui fragilise. Ensuite sur la deuxième vague, la machine peu s'emballer. J'ai confiance en mes indicateurs pour donner des signaux précurseurs le moment venu.

Cordialement


Giroud 01/10/2013
Tant que la FED imprime, le marché montera. Cependant, je ne pense qu'ils peuvent maintenir la machine plus de 2 ans encore. Alors, là, la chute sera violente. Celle de 2008 n'est qu'une répétition à coté de celle à venir. Mais comme il a été soigneusement dit dans le billet, pour l'heure il faut suivre la tendance, tout en gardant en tête que cette hausse est une belle des foutaises. On va assister à l'un des plus beau transfert de richesse. Et je compte bien être de la fête hahahahah. PS ; Les petits gens, qui décidément ne comprennent rien à rien, font se faire assassiner (financièrement of course). Salutation.
Jean 01/10/2013

Il est certain qu'un transfert de richesse se prépare et que les personnes les moins dépendantes d'un état mal géré s'en sortiront le mieux.

Je reste cependant optimiste sur la capacité des peuples à être résilient.

Lorsque le pouvoir détruit l'économie, et ça arrive très régulièrement depuis 3000 ans, le peuple retrouve des valeurs de solidarité et de débrouillardise.

Des valeurs qui ont du mal à perdurer avec des états aussi asservissants.