Les prévisions sur l’énergie en 2030 !

Jérôme Boumengel 0
Les prévisions sur l’énergie en 2030 !

Alors que la révolution libyenne vient de propulser le baril de Brent au-delà des 100$, la compagnie pétrolière Royal Dutch Shell a publié ses prévisions énergétiques à l’horizon 2030.

Shell estime tout d’abord que la part des pays industrialisés dans la demande d’énergie devrait décroître ces prochaines années. De 50% actuellement, elle devrait tomber à 33% en 2030, en faveur des pays émergents, dont la croissance est gourmande en énergie. A titre d’exemple, Shell rappelle qu’en Chine, le réseau autoroutier a doublé entre 2004 et 2010 et qu’il devrait dépasser, en taille, celui des Etats-Unis au cours du 1er trimestre 2011.

Si le pétrole restera l’énergie dominante, sa progression sera relativement lente. Shell estime également que les nombreuses centrales au charbon qui arriveront en fin de vie lors de la prochaine décennie seront trop coûteuses à remplacer, d’autant qu’elles offrent un rendement énergétique inférieur à celui des centrales à gaz. En conséquence, le gaz naturel devrait enregistrer la croissance la plus marquée parmi les énergies fossiles.

Quant aux énergies alternatives (solaire, éolien et nucléaire), elles connaîtront des évolutions plus rapides, mais leur rôle demeurera marginal puisqu’elles ne devraient représenter que 15,5% en 2030.

Du côté de l’offre, Shell estime que le pétrole ne risque pas de manquer. L’Irak remonte en puissance, et sa production pourrait passer de 2,5 à 10 millions de barils/jour d’ici 15 ans, un niveau auquel seule l’Arabie saoudite peut actuellement prétendre. De plus, le potentiel des pétroles non conventionnels apparaît considérable. Du côté gazier, la découverte et l’exploitation des gaz de schiste a changé la donne ; à titre d’exemple, ce type de gaz devrait satisfaire plus de 50% de la demande de gaz aux Etats-Unis d’ici 2030.

Les récents évènements rappellent enfin la dépendance énergétique mondiale à l’égard des pays arabes. Un phénomène durable puisque selon les estimations, cette zone concentre entre 55 et 60% des réserves de pétrole et entre 40 et 45% de celles de gaz.

© Tendance – Tous droits réservés.

 

Commentaires

Soyez le premier à réagir !


Avantages d'être membre

Postez vos commentaires. Vous pouvez aussi y ajouter des graphiques et des images afin d’illustrer vos propos.

Écrit par
Yves Ravistre
Avatar par defaut