Actions américaines : Krach en vue à Wall Street pour 2016

Jérôme Boumengel 6
Actions américaines : Krach en vue à Wall Street pour 2016

Le début de l’année boursière 2016 a bien mal débuté à Wall Street. L’indice Dow Jones a perdu -6,2% sur les 5 premiers jours de l’année. C’est une variation qui n’avait jamais été vue depuis 1928, année où le nombre de sociétés composant l’indice a été porté à 30.

On peut toutefois se consoler en vérifiant qu’il n’y a aucune corrélation entre la performance au début d’une année boursière et sa performance pour le reste de l’année. A titre d’exemple, la dernière grosse variation baissière de début d’année remonte à 1991. Le début de l’année vit alors l’indice reculer de -4,7%, tandis que la progression du reste de l’année se termina sur un gain conséquent de +20,3%.

Toutefois, et compte tenu de la conjoncture boursière qui prévaut depuis plusieurs mois, il y a une très forte probabilité pour que les marchés boursiers s’écroulent au cours de l’année 2016. La correction estivale qui est intervenue au cours de l’été dernier ne serait qu’un prélude à un séisme beaucoup plus fort.

 

Des fondamentaux qui se détériorent

Je ne m’attarderai pas sur les facteurs macroéconomiques. Je vous renvoie pour cela sur mon analyse de décembre dernier qui reste toujours d’actualité (Etats-Unis : 2016, une année difficile pour l’économie américaine).

Je rappellerai seulement qu’en dépit d’un léger repli, la capitalisation boursière des actions américaines représentait encore 120% du PIB fin 2015. Sur les cinquante dernières années, la moyenne se situe à seulement 75% du PIB, ce qui laisse une marge appréciable pour un retour en direction de ce niveau.

Du côté des fondamentaux des sociétés, mon indice sur les bénéfices prévisionnels des actions du Dow Jones continue de baisser depuis l’été dernier. Cet indicateur est revenu à 104,8 points contre 107,9 en juin 2015. Selon les estimations de Facset, la saison des résultats devrait confirmer cette tendance baissière.

Le dollar fort, la chute des prix du pétrole et des matières premières, le ralentissement de la consommation des ménages, tous ces facteurs devraient impacter négativement les comptes des entreprises américaines.

     

 

Une aversion au risque qui s’accélère

Tous les indicateurs de risque ou de fuite vers la qualité (flight to quality) sont orientés négativement. Que ce soit la prime de risque sur les actions, le spread entre les taux d’intérêt des obligations corporate et celui des Tnotes, ou encore le ratio entre l’indice SP500 et le prix des TNotes.

Parmi ces indicateurs, le ratio du prix des small caps américaines sur celui des blue chips n’est pas en reste non plus. Son orientation baissière depuis l’été dernier indique une nette désaffection des investisseurs pour les petites valeurs du NYSE.

J’interprète cette sous-performance des petites capitalisations comme un signe de défiance des investisseurs à l’égard des actions américaines en général. Dans la mesure où les small caps sont moins liquides, les investisseurs dont les anticipations sont baissières sur le marché, ont généralement tendance à se délester en premier de celles-ci.

 

 

Que dit l’analyse technique sur l’indice SP500 ?

L’analyse technique sur l’indice SP500 est relativement simple et s’apparente à un cas d’école, du moins si l’on s’appuie sur l’indispensable volume des transactions.

En prenant du recul, on s’aperçoit que depuis près de 2 ans, l’indice SP500 stagne au-dessus d’un support situé vers 1900 points. La figure qui se forme au-dessus de ce niveau est une figure de distribution, comme le démontre la chute de l’obvgram : les volumes baissiers l’emportent sur les volumes haussiers.

A court terme, le marché peut résister et se maintenir entre 1900 et 2000 points. A moyen terme (mon horizon de prédilection), le support sera enfoncé et l’indice reviendra rapidement tester le support majeur situé à 1570 points, ce qui représenterait une chute de 17%.

 

 

© Copyright Jérôme Boumengel  -  Pour toute reproduction ou toute citation, le nom de l’auteur et la source devront être mentionnés.

Commentaires

Avantages d'être membre

Postez vos commentaires. Vous pouvez aussi y ajouter des graphiques et des images afin d’illustrer vos propos.

Parthénon 15/01/2016

Bonjour Jérôme, belle analyse comme d'habitude. Sur Pro-realtime, où trouves-tu l'OBVgram ? Est-un retraitement de l'OBV ?

Jérôme Boumengel 15/01/2016

Merci Parthenon, mais j'ai vu que nous étions sur la même longueur d'onde :)

Pour l'obvgram, j'ai construit l'indicateur moi même avec le language de programmation et les fonctions de prorealtime, mais il n'est pas complet parce que prorealtime ne permet pas de faire tout ce que je voudrais en matière de retraitement des volumes.


jay BALNAVE 15/01/2016

Bonjour,

Merci pour cette analyse argumentée.

Faut esperer que la FED ne s'en mèle pas. 

J'en doute.

Jérôme Boumengel 15/01/2016

De rien :)


eptrad41 15/01/2016

Bonjour Jérôme

force est de constater que les haussiers n'ont plus la main-
Sur notre indice le point bas de septembre a été mordu ---¨Perso c'était la limite que je m'étais fixée -- Pour le s&p le point bas de septembre a pour l'instant été défendu mais ce n'est pas très fiable -

Seul espoir immédiat pour les bulls une intervention des BC mais ca ne permettrait probablement qu'un sursaut -

Les dés sont jetés -

Bonne journée

Jérôme Boumengel 15/01/2016

Laissons la bulle se crever, et après nous serons plus sereins pour revenir à l'achat :)